Les quatre membres présumés encore en vie de la cellule responsable des attentats de Barcelone et Cambrils ont été inculpés par le tribunal de Madrid.

Les quatre suspects sont arrivés mardi matin au tribunal de Madrid pour être interrogés avant qu'un juge ne décide de les inculper.
Les quatre suspects sont arrivés mardi matin au tribunal de Madrid pour être interrogés avant qu'un juge ne décide de les inculper. © AFP / GABRIEL BOUYS

Le travail de la police laisse peu à peu la place à la justice, après la traque qui a abouti hier à la mort de Younes Abouyaaqoub, suspecté d'avoir fauché des centaines de personnes dans Las Ramblas, à Barcelone.

Les quatre membres présumés de la cellule djihadiste que la police tient pour responsable des attentats en Catalogne encore en vie ont été entendus ce mardi par un juge antiterroriste du tribunal de Madrid, où ils devraient être inculpés, le juge devant déterminer quel rôle ils ont joué dans ces attaques qui ont fait 15 morts.

Driss Oukabir, Mohammed Aalla, Mohamed Houli Chemlal et Salh El Karib, sont arrivés lundi peu après 8h au tribunal. Les huit autres djihadistes ont été tués. L'un des quatre, Mohamed Houli Chemlal, a admis devant le juge que la cellule préparait un attentat de plus grande envergure.

Les quatre suspects sont mis en examen pour "appartenance à une organisation terroriste, assassinats terroristes, possession d'explosifs". Le parquet a demandé à ce que tous soient incarcérés.

© Visactu

Après interrogation, un juge de l'Audience nationale doit déterminer quelles charges il retient contre eux.

Cellule démantelée

La police espagnole a indiqué lundi soir que "les douze objectifs principaux [étaient] détenus ou morts". Après avoir annoncé la mort de Younès Abouyaaqoub, la police a aussi confirmé celle de l'imam marocain Abdelbaki Es Satty, soupçonné d'avoir radicalisé la bande de jeunes auteurs des attaques.

Les restes de l'imam ont été identifiés dans une maison à Alcanar, selon les confirmations du chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero. Cette maison située à 200 km au sud-ouest de Barcelone, où les assaillants préparaient des explosifs, a été détruite mercredi, la veille des attentats. Dans les débris, la police a découvert plus de 120 bonbonnes de gaz et deux corps dont l'identification a pris plusieurs jours.

C'est sans doute cette explosion qui a précipité les attaques aux véhicules-bélier de Barcelone puis Cambrils : les éléments retrouvés sur place laissent penser que la cellule préparait des attentats de plus grand ampleur.

Parmi les huit membres de la cellule tués, cinq ont été abattus vendredi à Cambrils par la police, deux sont morts dans l'explosion de la maison d'Alcanar et Younès Abouyaaqoub a été tué lundi après-midi.

Parmi les 120 personnes blessées dans les attaques, huit personnes demeuraient lundi dans un état critique et 12 blessés restent dans un état grave. Les deux attentats de Barcelone et Cambrils ont été revendiqués par le groupe État islamique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.