appel à témoins pour Mohamed Abrini
appel à témoins pour Mohamed Abrini © radio-france

Trois mois après les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts au Bataclan, sur des terrasses de café et au Stade de France, France Inter revient avec vous toute cette semaine sur les éléments de l'enquête jusqu'ici ignorés. Une enquête menée par six juges antiterroristes parisiens. Aujourd'hui, le 2e homme en fuite après Salah Abdeslam : Mohamed Abrini.

Pour le quartier de Molenbeek, c'est Brioche, l'associé de la boulangerie du coin qui vient de faire faillite. Pour certains, c'est aussi un voleur - supposément riche après un coup qui lui aurait rapporté 200 000 euros. Sur le mandat d'arrêt, Mohamed Abrini, belgo-marocain de 31 ans, déjà bien connu des services de police pour quantité de vols, dégradations ou détention de drogue, est suspecté de complicité dans la préparation des attentats du 13 novembre. Lui, l'homme qui aurait fait un tour en Syrie en juin 2015 dont le frère Souleymane est d'ailleurs mort là bas. Lui, Mohamed Abrini est partout et nulle part à la fois.

Le 10 novembre, il est dans la Clio qui sera retrouvée dans le 18e arrondissement après les attentats en compagnie de Brahim Abdeslam le 10 novembre. Ce jour-là, ils ont pour mission de louer deux planques pour les attentats : le pavillon de Bobigny où logeront les commandos des terrasses et du Stade de France mais quand ils arrivent devant l'appart'hôtel du Blanc-Mesnil qu'ils avaient repéré, ils n'ont ni carte bleue adaptée, ni pièces d'identité.

Alors Mohamed Abrini reprend la route depuis Bruxelles le lendemain. Cette fois en compagnie de Salah Abdeslam. Direction Alfortville où ils réservent les studettes qui accueilleront le commando du Bataclan. Sur la route, ils sont repérés par les caméras de surveillance d'une station-service de l'Oise. On le voit encore le lendemain, veille des attentats. Il fait partie du convoi de trois voitures qui emmènent les terroristes à Paris.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les terroristes du 13 novembre et leurs complices

Mais selon sa famille, il était à Bruxelles le soir du 13 novembre. Il avait même rendez-vous pour signer le bail de son appartement où il devait emmenager avec sa future femme. Leur mariage était d'ailleurs prévu ce mois-ci. Un mariage qui n'a donc pas eu lieu puisque depuis le 13 novembre au soir, Mohamed Abrini n'a plus laissé aucune trace.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les filières djihadistes au coeur des attentats

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.