Au procès de Francis Heaulme pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz, devant la cour d'assises de Moselle, Chantal Beining, la mère de Cyril, a livré un récit bouleversant.

Chantal Beining, mère du petit Cyril, victime du double meurtre de Montigny-Lès-Metz pour lequel Francis Heaulme est jugé
Chantal Beining, mère du petit Cyril, victime du double meurtre de Montigny-Lès-Metz pour lequel Francis Heaulme est jugé © Maxppp / Alexandre MARCHI

Elle l’appelait "bibiche", il l’appelait "bibiche" aussi. Chantal Beining a apporté une photo de Cyril, parce qu’elle en a marre qu’on voie toujours la même. Le petit garçon châtain à l’œil rieur sourit à l’objectif, chemise bleue sous un pull jacquard. Le 28 septembre 1986, il faisait beau : "Il m’a dit je vais faire un tour à vélo. Il me dit 'Bibiche, tu me fais un super dîner, je voudrais des pâtes au gratin'". Sa voix s’étrangle de sanglots.

Ça fait 30 ans, mon Cyril

"C’était un bon gosse, il m’apportait des jonquilles cueillies dans les jardins. Il aimait pas trop l’école, il me disait tout le temps, c’est quand les vacances ?". En fin d’après-midi, on sonne à sa porte, on lui demande où est son fils, c’est le père d’Alexandre. Elle part le chercher au bord de l’eau, rentre bredouille. Plus tard, elle entend les pompiers qui passent rue Vénizelos. Chantal Beining revit la scène, éclate en larmes : "Je me dis : mon gosse! le train, le train… ". Ce n’est qu’à 11h du soir qu’un policier vient lui dire que son fils est mort, on lui fait trois piqûres de sédatif. Chantal Beining, élégante dans son tailleur gris chiné, déplie un journal devant elle.

C’est le Républicain lorrain du 29 septembre 86. A la une, s'étale ce titre : « Deux enfants assassinés à Montigny ». C’est comme ça qu’elle a su, au petit matin, par le livreur de journaux. "Voilà ma bibiche", dit elle entre deux sanglots. "Ça fait 30 ans mon Cyril, 30 ans". Elle pleure, tremble très fort. Son avocate la serre dans ses bras. Dehors, la pluie vient de cesser, on entend les oiseaux chanter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.