Hommages devant la salle du Bataclan après les attentats
Hommages devant la salle du Bataclan après les attentats © Radio France / Olivier Bénis

Trois mois après les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts, France Inter revient sur les éléments de l'enquête jusqu'ici ignorés. Retour sur le déroulé des événements au Bataclan.

C'est le café du Bataclan qui essuie les premières rafales. Deux hommes forcent l'entrée principale. Guidé par un vigile, des dizaines de spectateurs se ruent vers l'issue de secours à gauche de la scène. Le premier à sortir s'écroule. Le troisième terroriste les attendait. Il entre à son tour. Commencent alors les exécutions : souvent au coup par coup. C'est à cause de François Hollande et de la guerre en Syrie dit en substance l'un des tueurs, en français sans accent.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les terroristes du 13 novembre et leurs complices

Des spectateurs ont réussi à se cacher dans les loges, les toilettes ou des locaux techniques. De là certains gagnent le faux-plafond, les toits et même le bâtiment mitoyen. En bas arrivent deux policiers dont un commissaire de la Bac qui font feu sur Sammy Amimour. Il actionne sa ceinture explosive.Omar Mostefai et Foued Mohamed-Aggad rispostent et montent au balcon. Un bref répit qui permet à d'autres spectateurs de s'échapper. A l'étage, les deux terroristes tentent d'entrer dans une pièce en se faisant passer pour la police. Les spectateurs retranchés refusent d'ouvrir. Les attaquants prennent au balcon une douzaine d'otages qu'ils disposent devant les fenêtres du couloir en bas devant l'issue de secours, les pompiers qui tentent de secourir des blessés se font canarder commence une longue attente de près de deux heure.

Un otage crie qu'ils veulent négocier et donne son numéro de téléphone. Les forces d'intervention progressent péniblement dans le couloir derrière leur bouclier en forme de porte. L'assaut est fatal aux deux terroristes... les derniers otages sont sauvés.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les filières djihadistes au coeur des attentats

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.