Le parquet de Marseille a indiqué que trois des six poches de nutrition analysées après la mort de trois nourrissons à l'hôpital de Chambéry début décembre avaient bien été contaminées par une bactérie. Elles étaient pourtant fermées et avaient été placées sous scellé.

L'hôpital de Chambéry
L'hôpital de Chambéry © Max PPP / PHOTOPQR/LE DAUPHINE LIBERE

Le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, a confirmé ce mardi que des poches alimentaires défectueuses étaient bien à l’origine du décès de 3 nourrissons les 6, 7 et 12 décembre à l’hôpital de Chambéry, en Savoie. Trois des six poches analysées étaient contaminées par une bactérie, un germe rare difficile à identifier, alors qu’elles étaient pourtant fermées et sous scellé, a indiqué le parquet de Marseille.

Les précisions, à Marseille, de Marie-Christine Lauriol.

Les activités du laboratoire Marette suspendues

marisol touraine saisit l'institut pasteur sur les décès à l'hôpital de chambéry
marisol touraine saisit l'institut pasteur sur les décès à l'hôpital de chambéry © reuters

Il s’agit d’"un seul et même germe d'origine environnementale", encore inconnu, a indiqué Marisol Touraine.La ministre de la Santé a demandé la suspension immédiate des activités du laboratoire Marette, situé à Courseulles-sur-Mer, dans le Calvados, qui a produit ces poches. Elle a aussi décidé de la mise en quarantaine d'une partie des stocks du laboratoire. L'entreprise dispose désormais de 24 heures pour apporter des preuves contradictoires.

Tous les hôpitaux qui détiennent aujourd'hui des poches alimentaires en provenance du laboratoire Marette doivent cesser de les utiliser. (Marisol Touraine)

Marisol Touraine a détaillé ces mesures lors d'une conférence de presse, suivie par Solènne le Hen.

Pour le laboratoire Marette, cette décision est lourde de conséquences, mais son avocat Maître Mathieu Lemaire prend acte de cette décision d'arrêt d'activité.

### Une bactérie inconnue L’Institut Pasteur, de son côté, a précisé que le germe était "une entérobacterie de l'environnement, une nouvelle espèce non décrite à ce jour et qui n'a pas encore de nom". Le parquet de Marseille avait ouvert lundi une information judiciaire pour "homicide et blessures involontaires, mise en danger délibéré de la vie d'autrui, et fabrication de médicaments sans respecter les bonnes pratiques".Le week-end dernier, les parents des 3 bébés décédés avaient porté plainte contre l’hôpital de Chambery. La juge Annaïck Le Goff, vice-présidente du pôle de santé publique de Marseille, va dans les prochains jours se rendre à Chambéry pour rencontrer les enquêteurs mais aussi "se tenir à la disposition des familles des victimes.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.