Eric Woerth et Patrice de Maistre
Eric Woerth et Patrice de Maistre © Dominique Lemarié

Après un premier procès pour abus de faiblesse au mois de février, le deuxième volet de l’affaire Bettencourt s’ouvre ce matin devant le tribunal correctionnel e Bordeaux. Cette fois, on est loin de la brochette de prévenus, alignés côte à côte. Seuls l’ancien ministre Eric Woerth et l’ex-gestionnaire de fortune des Bettencourt, Patrice de Maistre, sont renvoyés pour trafic d’influence.

► ► ► RETROUVER | L'intégralité du procès pour abus de faiblesse

Les deux hommes vont devoir s’expliquer sur la légion d’honneur remise par l’ancien ministre du Budget à Patrice de Maistre et l’embauche de Florence Woerth, épouse d’Eric Woerth, par le gestionnaire.

► ► ► COMPRENDRE | L'affaire Bettencourt en 140 secondes

Une chronologie suspecte

Egalement chargé de cette partie de l’instruction à Bordeaux, le juge Gentil a estimé que la concordance des dates, notamment, permettait d’établir un trafic d’influence présumé.

Ainsi, le 13 septembre 2006 , Eric Woerth et Patrice de Maistre se rencontrent pour la première fois. Le rendez-vous dure une heure, il a lieu au domicile du gestionnaire de fortune des Bettencourt. Quatre mois plus tard , le 19 janvier 2007, les deux hommes se retrouvent. Cette fois, c'est dans un café, non loin du QG de campagne de Nicolas Sarkozy - dont Eric Woerth est alors le trésorier - pour un petit-déjeune d'une demi-heure. Il y est notamment question de l'épouse du maire de Chantilly, Florence Woerth.

Cette dernière rencontre Patrice de Maistre pour la première fois en mars 2007 , puis en juin. Et enfin en septembre, Florence Woerth intègre la société Clymène, chargée de gérer les dividendes de L'Oréal pour Liliane Bettencourt.

Entretemps, Patrice de Maistre, dirigeant de la société Clymène, a reçu un courrier de celui qui est depuis devenu ministre du Budget et qui le félicite de sa nomination au grade de chevalier dans l'ordre national de la légion d'honneur. Eric Woerth sera d'ailleurs celui qui lui remettra cette distinction le 23 janvier 2008.

Peines encourues

Le délit de trafic d'influence est passible, selon l'article 432 du code pénal, de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende.

Egalement jugés dans le premier procès pour abus de faiblesse de l'affaire Bettencourt, Patrice de Maistre et Eric Woerth connaîtront le jugement le 28 mai prochain. Dans son réquisitoire, le procureur a réclamé la relaxe de l'ancien ministre et une condamnation à trois ans d'emprisonnement et 375 000 euros d'amende pour Patrice de Maistre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.