Eric Woerth et Patrice de Maistre
Eric Woerth et Patrice de Maistre © Dominique Lemarié

Eric Woerth et Patrice de Maistre reviennent sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Bordeaux. L’ancien ministre et l’ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt sont jugés jusqu’à mercredi pour trafic d’influence. Eric Woerth est accusé d’avoir obtenu la légion d’honneur à Patrice de Maistre en échange d’un emploi pour sa femme.

Ce dossier annexe a commencé comme toute l’affaire Bettencourt : avec les enregistrements du majordome. Le 23 avril 2010, Patrice de Maistre s’épanche auprès de Liliane Bettencourt. Il semble regretter d’avoir embauché Florence Woerth, car avoir « la femme d’un ministre comme ça » peut amener une publicité néfaste. « J’avoue quand je l’ai fait, son mari était ministre des finances, il m’a demandé de le faire » avance M. de Maistre, « je l’ai fait pour lui faire plaisir ».

Patrice de Maistre a rencontré Eric Woerth lors d’un cocktail du Premier Cercle, l’association des grands donateurs de l’UMP. Florence Woerth, qui a de l’expérience en matière de gestion de fortune, est recrutée en septembre 2007 par la société Clymène, holding de la famille Bettencourt. Elle a été reçue par Patrice de Maistre pour la première fois le 15 mars. Le 12 mars, Eric Woerth ministre du budget a pris la plume pour recommander Patrice de Maistre à Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, pour une nomination à l’ordre de la légion d’honneur.

Ajoutez à cela que les principaux intéressés, interrogés par les enquêteurs, ont donné différentes versions du parcours d’attribution de cette légion d’honneur, et le juge d’instruction Jean-Michel Gentil a estimé qu’il y avait bien eu trafic d’influence. Le parquet de Bordeaux n’était pas favorable à ce procès : il estimait que le lien de cause à effet n’était pas prouvé.

Eric Woerth n’a pas été inquiété lors du premier procès Bettencourt qui s’est terminé le mois dernier, le ministère public a demandé sa relaxe (il était soupçonné d’avoir reçu une enveloppe de 150 000 euros venant de la milliardaire, et remise par Patrice de Maistre). Trois ans de prison dont la moitié avec sursis et 375 000 euros d’amende ont été requis pour Patrice de Maistre dans le volet principal.

► ► ► SUIVRE | Le procès en direct

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.