Après la mort d'un braqueur tué par le bijoutier qu'il tentait de cambrioler, une page Facebook de soutien au commerçant niçois "qui ne faisait que son travail" a recueilli près d'1,5 million de soutiens. La popularité de cette page suscite depuis des doutes. L'achat de "like" a même été évoqué sur Twitter.

Stefan Turk, bijoutier niçois de 67 ans au casier judiciaire vierge, a été mis en examen vendredi pour "homicide volontaire" et assigné à résidence sous bracelet électronique. Il est accusé d'avoir tiré sur deux braqueurs entrés dans son commerce. L'un d'eux est mort.

Page Facebook en soutien au bijoutier de Nice
Page Facebook en soutien au bijoutier de Nice © radio-france

Depuis lors, une page "Soutien au bijoutier de Nice" a été créée sur le réseau social Facebook. En plus de nombreux commentaires contre l'Etat jugé "démissionnaire" ou le braqueur qui a "mérité son sort", la page rassemble près d'1,5 millions de mentions "J'aime", clics de soutien des utilisateurs du réseau social.

L'engouement ainsi que la vitesse d'accroissement du nombre de soutien - plus d'un million de fans en trois jours, 300 nouveaux soutiens par minute - a rapidement alerté les internautes.

Le site d'information en ligne, Rue89, évoquait samedi "un bug probable de Facebook". L'achat de "like" a également été évoqué, même si les coûts sont exhorbitants - on estime à 15 millions d'euros le coût du million de soutiens sur Facebook. Mais d'autres, ont décortiqué la provenance de ces "like" et misé sur leur véracité.

A ECOUTER: > Sandy Dauphin a enquêté sur le sujet

Statistiques Facebook bijoutier
Statistiques Facebook bijoutier © radio-france

Depuis, l'administrateur de la page a publié les statistiques afin de démontrer l'origine des clics des internautes ayant indiqué "aimer" ce groupe.

A noter également que les commentaires publiés sur la page ne semblent pas provenir de robots.

A ECOUTER: > "Le "like" est devenu une façon de marquer son approbation", Guilhem Fouetillou, spécialiste des conversations sur le web avec Sandy Dauphin

Enfin, sans aucun doute bien réel, un rassemblement est organisé ce lundi par les commerçants niçois pour exprimer leur solidarité avec le bijoutier mis en examen.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.