Blocage de l'A1 suite au drame de Roye
Blocage de l'A1 suite au drame de Roye © Radio France / Courrier Picard

Dix personnes issues de la communauté des gens du voyage ont été condamnées à des peines allant jusqu'à un an et demi de prison suite au blocage en août 2015 de l'autoroute A1, quelques jours après une fusillade mortelle à Roye (Somme).

Les manifestants avaient bloqué la circulation pour réclamer la libération de deux hommes incarcérés dans le cadre de l'enquête sur la mort de quatre personnes, afin d'assister aux obsèques des victimes (dont le propre père d'un des détenus). Dans le même temps, un juge avait finalement autorisé en appel cette sortie exceptionnelle, et les gens du voyage avaient immédiatement levé le blocage.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Obsèques sous tension après le drame de Roye

Lors de la manifesation, une soixantaine de personnes avaient mis le feu à des pneus, de la paille et des palettes en bois. Ils avaient également bloqué l'autoroute pendant près de 15 heures en attendant la décision du juge. Une mobilisation qui a fini par coûter cher à dix d'entre eux, condamnés ce vendredi par le tribunal correctionnel d'Amiens.

"Une décision d'apaisement"

Deux d'entre eux écopent de 18 mois de prison ferme , deux autres de 24 mois dont 12 ferme, quatre de 6 mois ferme et deux de 4 mois ferme. Tous les prévenus ont également été condamnés à 1 000 euros d'amende. Enfin, deux autres personnes ont été relaxées.

Le délibéré a été accueilli dans le calme. Pour l'avocat de trois des prévenus, c'est "une décision d'apaisement", même s'il rappelle que "quand il y a de la prison ferme, il y a toujours trop de prison".

Je pense que la justice a entendu ce qu'on a plaidé, voire crié parfois. On ne voulait pas que la fracture s'aggrave (avec les gens du voyage) et je pense que la justice est allée dans ce sens.

Les prévenus comparaissaient pour "entrave à la circulation de véhicules", mais aussi, pour certains, pour "destruction du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes" et "vol en réunion".

L'auteur présumé de la fusillade d'août 2015, un homme âgé de 73 ans, était sous l'emprise de l'alcool lorsqu'il a agi. Il a tué trois membres d'une même famille (notamment une jeune femme de 19 ans et sa fille de neuf mois) ainsi qu'un gendarme de 44 ans. Il avait rapidement été mis en examen pour assassinat et tentative d'assassinat, et écroué.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.