le domicile de l'ump guillaume peltier perquisitionné
le domicile de l'ump guillaume peltier perquisitionné © reuters

Le responsable de l'UMP et le cofondateur de la société Bygmalion ont été placés en garde à vue jeudi matin dans une enquête pour favoritisme à Menton. Guillaume Peltier a finalement été libéré rapidement.

Les deux hommes, qui ont répondu à une convocation, ont été entendus dans les locaux de la brigade financière de la police judiciaire de Nice. Guillaume Peltier a finalement été libéré quelques heures plus tard, et s'en est immédiatement félicité sur Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les enquêteurs s'intéressent aux conditions d'attribution de deux marchés entre la ville de Menton (Alpes-Maritimes) et les sociétés de communication Com1+, appartenant à Guillaume Peltier, et Bygmalion. Ils cherchent savoir si les marchés ont été volontairement fractionnés par l'une ou l'autre des parties afin d'échapper aux procédures d'attribution des marchés publics.

L'enquête a été ouverte à la suite d'une plainte déposée en décembre 2012 par l'association Anticor. Cette dernière avait relevé que les deux marchés se situaient "juste en dessous du seuil de 15.000 euros hors taxe qui aurait obligé à une mise en concurrence". Cette plainte avait à l'époque été jugée "inepte" par le député-maire UMP de Menton, Jean-Claude Guibal.

Une perquisition a été menée le 4 juin dans les locaux de Bygmalion, société qui est également au cœur d'une affaire de fausses factures présumées à l'UMP durant la campagne pour la présidentielle de 2012. Le domicile de Guillaume Peltier à Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher), que Nicolas Sarkozy souhaiterait nommer secrétaire national de l'UMP, a été perquisitionné le 3 juin.