éric woerth et patrice de maistre renvoyés devant le tribunal correctionnel
éric woerth et patrice de maistre renvoyés devant le tribunal correctionnel © reuters

Lorsqu'on est juré d'assises, il est interdit de parler de ce qui s'est passé pendant la délibération, même à ses proches. Thierry Allègre n'en a pas tenu compte. Cet homme de 44 ans a été condamné à deux mois de prison avec sursis par le tribunal de Meaux.

L’histoire remonte à 2010. Thierry Allègre est alors juré d’assises à Melun dans le procès d'un violeur présumé. Quelques temps après le procès, il décide de révéler les "coulisses" de la délibération, pendant laquelle la présidente du tribunal aurait demande aux jurés de ne pas se servir de bulletins blancs, ce qui est pourtant leur droit. L'homme, âgé de 44 ans aujourd'hui, continue de croire que cela a beaucoup influé sur le verdict et la condamnation de l'accusé à trois ans de prison ferme.

"Des méthodes inadmissbles" - le reportage de Jean-Philippe Deniau

Malgré cette condamnation, Thierry Alègre ne regrette pas sa démarche. Il va même faire appel de la décision du tribunal.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.