Bientôt une série, un film, un documentaire sur la détention et la fuite rocambolesque de Carlos Ghosn du Japon vers le Liban ? S'il n'y a aujourd'hui rien de "vendu" à Netfix, assure l'ex-patron de Renault-Nissan à France Inter, "plusieurs producteurs de films", "américains" et "très connus" l'ont approché.

Carlos Ghosn, à Beyrouth (Liban), lors de l'entretien exceptionnel qu'il a accordé à France Inter le 8 janvier 2020.
Carlos Ghosn, à Beyrouth (Liban), lors de l'entretien exceptionnel qu'il a accordé à France Inter le 8 janvier 2020. © Radio France

Carlos Ghosn sera-t-il un jour le héros d'une série, le personnage principal d'un film ou le sujet d'un documentaire ? Peut-être. Et en tout cas la porte est loin d'être fermée. Dans un entretien exceptionnel accordé mercredi à France Inter, l'ancien patron de Renault-Nissan exilé au Liban depuis sa fuite du Japon a confirmé avoir été approché par la plateforme américaine de streaming

"Enfin, il n'y a pas que Netflix", a-t-il ajouté. "Il y a plusieurs producteurs de films, aussi bien de fictions que de documentaires, américains d'ailleurs, très connus, qui m'ont approché et qui sont intéressés". Sans donner de noms ni plus de précisions sur les cinéastes qui l'ont approché, Carlos Ghosn dément toutefois avoir "vendu" quoique ce soit

"Je pense quand même que faire un documentaire sur ce qui s'est passé, ça vaut la peine"

"Non, je n'ai rien vendu, mais je réfléchis à ça. Je pense quand même que faire un documentaire sur ce qui s'est passé, ça vaut la peine. De façon à ne pas laisser des fantaisies être racontées à propos de ce qu'il s'est passé", estime l'ancien magnat de l'automobile. Il a notamment dénoncé le système judiciaire japonais, dans l'entretien accordé à France Inter et lors de sa conférence de presse. 

Qui pour jouer Carlos Ghosn ?

Samedi, le journal Le Monde avait rectifié un article selon lequel Carlos Ghosn avait signé un contrat d'exclusivité avec Netflix. La plateforme elle-même avait fait savoir au quotidien du soir que l'information était "inexacte", mais toutefois, note le journal, "sans démentir qu’un producteur ayant pour projet de vendre son projet à Netflix ait pu prendre contact avec Carlos Ghosn en vue de réaliser un film". 

"Avec ce qu'il s'est passé, notamment ce que vous appelez 'grande escapade', il y a beaucoup, beaucoup d'intérêt pour cette histoire donc nous verrons", estime Carlos Ghosn, qui laisse planer le doute. Il explique aspirer avant tout "à être un citoyen normal, qui bénéficie d'une vie normale avec des gens qui l'aiment". Dès lors, il n'a pas pensé "du tout" à celui qui pourrait jouer son rôle à l'écran. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.