EXCLUSIF RADIO- Sa fuite vers le Liban, ses conditions d’incarcération au Japon, les fêtes à Versailles, les faits qui lui sont reprochés… Depuis Beyrouth, l’ex-PDG de Renault-Nissan s’explique, au micro de France Inter.

Carlos Ghosn a donné un entretien exceptionnel à Léa Salamé, un peu plus d'une semaine après sa fuite du Japon.
Carlos Ghosn a donné un entretien exceptionnel à Léa Salamé, un peu plus d'une semaine après sa fuite du Japon. © Radio France / France Inter

Ses explications étaient attendues. Une semaine après sa fuite au Liban, Carlos Ghosn, a accordé, en exclusivité pour une radio, un entretien à France Inter. Depuis le 30 décembre, l'ancien patron de l'Alliance Renault-Nissan est en effet réfugié au Liban, pays dont il a la nationalité, pour fuir "l'injustice" du système judiciaire japonais. 

23 min

Écoutez l'intégralité de l'entretien exclusif accordé par Carlos Ghosn à Léa Salamé

Par France Inter

Carlos Ghosn affirme avoir organisé "tout seul" cette cavale, dont il ne souhaite donner aucun détail. "Je ne vais pas en parler pour une raison très simple, c'est que je ne compte pas exposer des gens qui ont été tout à fait loyaux et qui m'ont aidé", déclare-t-il à Léa Salamé. "Quand vous planifiez quelque chose comme ça, la dernière chose à faire est d'impliquer vos proches. Je me rendais bien compte que les téléphones de Carole, même si je ne pouvais pas la joindre, ou de mes enfants étaient tous surveillés", ajoute-t-il. 

Néanmoins, il dément avoir mis plusieurs mois à organiser ce voyage secret. "Vous savez, je ne suis pas un homme lent et en général quand j'agis, j'agis vite. (...) Non, ça n'a pas pris des mois", précise Carlos Ghosn.

"Les chiffres qui circulent sont fantaisistes" 

S'il n'a donc pas voulu s'exprimer plus amplement, comme lors de sa conférence de presse tenue mercredi après-midi à Beyrouth, sur les coulisses de cette fuite, Carlos Ghosn assure toutefois que les chiffres qui ont pu circuler sur le coût de sa cavale - cinq millions d'euros évoqués - sont "fantaisistes". Il confirme également qu'aucun des trois pays dont il a la nationalité, le Liban, la France et le Brésil, ne l'a aidé à fuir le Japon

Quant à l'usage d'une malle trouée pour le faire voyager, l'ancien magnat de l'automobile "ne dément rien, ne confirme rien", se réjouissant toutefois du succès de son exfiltration : 

"Les choses les plus efficaces sont toujours les plus simples et ce sont les plus rapides et ce sont celles qui marchent. Ça a été le cas, je m'en félicite, je revis"

Carlos Ghosn entretient même le mystère autour de cette fuite : "Je pense qu'un jour, sans même mon aide, les gens découvriront exactement la vérité puisqu'il y a tellement de recherches, tellement de curiosité", s'amuse-t-il. 

"Je n'avais rien à perdre"

"Ma réalité était tellement médiocre au Japon que quelque part, je n'avais rien à perdre. Ça ne pouvait pas être pire. Ça pouvait être pire sur le confort personnel, vous êtes en prison et pas chez vous, la nourriture est moins bonne. Mais sur tout le reste, c'est la même chose", témoigne encore Carlos Ghosn. 

L'ex-patron de Renault-Nissan explique avoir été "anesthésié" durant son incarcération puis ses mois de liberté conditionnelle. "Cette anesthésie est une façon de surmonter la douleur, la souffrance qui vient avec une situation comme celle-là. (...) Je suis mort le 19 novembre 2018 et je suis revenu à la vie le 30 décembre. Je suis mort en voyant le visage du procureur, que j'espère ne plus jamais revoir, et je suis revenu à la vie quand j'ai vu le visage de mon épouse à Beyrouth. Ce n'est pas un film, c'est une réalité", ajoute-t-il. 

Carlos Ghosn souligne aussi qu'il "ne faut pas oublier les dizaines de milliers de Japonais qui subissent le même sort (...) Parce que ceux-là, ils n'ont pas la voix que j'ai, les moyens que j'ai". 

Le Japon, "pas une dictature, mais c'est une drôle de démocratie"

Carlos Ghosn assure ne pas s'être senti au-dessus des lois, "mais je ne voulais surtout pas être en dessous des lois". Or, il estime "avoir été traité comme un animal, pas comme un être humain". "Le Japon n'est pas une dictature, mais c'est une drôle de démocratie", ajoute-t-il.

"Je ne pense pas, compte tenu de ce que j'ai vu et de ce qu'il s'est passé qu'il y a une justice au Japon. Quand les procureurs gagnent leurs procès à 99,4% sans que ceux-ci soit du à des accords !", souligne Carlos Ghosn.

"C'est pas du tout mon style, les fêtes fastueuses"

L'ancien patron de l'Alliance Renault-Nissan réfute avoir perdu le sens des responsabilités. "Cela se serait vu sur les résultats de l'entreprise !". "Est-ce que j'ai eu tort de trop me disperser ? Oui, peut-être que je me suis trop sacrifié, j'aurais peut-être dû sauvegarder un peu plus ma vie personnelle. En tous cas, ce que je regrette, c'est d'être parti pour un mandat supplémentaire en juin 2018"

Interrogé sur les deux fêtes organisées à Versailles, Carlos Ghosn se défend : "C'est pas du tout mon style, les fêtes fastueuses". Concernant celle organisée pour les 15 ans de l'Alliance, il explique : 

"Versailles, c'était pas Louis XIV pour moi. C'était le génie français, le rayonnement de la France, l'endroit le plus visité par les étrangers." 

Quant à la seconde fête, organisée pour les 50 ans de sa femme, "si c'était à refaire, je ne le referais pas", concède Carlos Ghosn. "Je ne conseille à aucun patron français de faire des grandes célébrations dans des endroits publics !"

"Un patron d'entreprise, il faut d'abord qu'il ait des résultats", poursuit-il. "Si vous avez un patron qui vous offre une très grande austérité, c'est très bien. Mais ce que vous ne pouvez pas avoir, c'est un patron très austère, qui fait attention à tout, avec une entreprise avec des résultats en train de se dégrader. Un chef d'entreprise, il est fait essentiellement pour faire progresser son entreprise"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.