Le roi du Maroc aurait été victime de chantage
Le roi du Maroc aurait été victime de chantage © MaxPPP

La police technique et scientifique a livré son expertise de l'enregistrement, remis sur clé USB, du premier entretien entre le journaliste Eric Laurent et l'avocat du royaume du Maroc. Elle ne permet pas de conclure à un montage, mais confirme que le fichier a subi un traitement, désormais "impossible à préciser".

Me Naciri, qui le 11 août a ce premier rendez-vous avec Eric Laurent, n'a pas conservé l'original de l'enregistrement , réalisé avec son Iphone. Il avait indiqué aux enquêteurs qu'il avait été transféré sur un ordinateur, puis "travaillé" pour améliorer le son. Le problème c'est qu'avec la copie ne peut plus savoir avec certitude ce qui a été fait. L’expert souligne qu’il n’y a pas de traces évidentes de montage. Néanmoins, le logiciel qui a été utilisé (Adobe Audition CS6), peut aussi permettre d’effacer les traces d’une éventuelle manipulation.

Les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet sont mis en examen, soupçonnés d'avoir réclamé deux millions d'euros pour ne pas publier un livre qui contiendrait des révélations gênantes sur la monarchie marocaine. Pour leur défense, c'est une pièce maîtresse de l'accusation qui est fragilisée. Eric Laurent a pourtant confirmé en partie pendant sa garde à vue les propos tenus. Et il y a le dernier enregistrement, réalisé, sous l'oeil des policiers mais toujours par l'avocat marocain, lors de la remise des enveloppes et de la signature d'un accord financier, juste avant l'interpellation des journalistes. La cour d'appel de Paris devra se pencher sur la validité du procédé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.