Le 7 août 2016 le décès de ce couturier de 49 ans avait déclenché plusieurs manifestations. Depuis la communauté chinoise s'est organisée pour dénoncer les agressions qu'elle subit

Il y a un an, la mort d'un homme, ciblé en raison de son origine, avait soulevé l'indignation à Aubervilliers où travaillent plus de 10.000 personnes originaires de Chine
Il y a un an, la mort d'un homme, ciblé en raison de son origine, avait soulevé l'indignation à Aubervilliers où travaillent plus de 10.000 personnes originaires de Chine © AFP / Denis Meyer / Hans Lucas

La scène s'est déroulée à Aubervilliers il y a un an. Ce soir-là, les deux amis sortent boire un verre, lorsqu'ils croisent trois jeunes. Ils n'y prêtent pas attention mais captent quelques mots : "chinois", "argent" avant de se faire attaquer. Deux des agresseurs tentent d'arracher la sacoche que l'un des deux amis porte en bandoulière. Leur complice s'en prend au plus âgé des deux, lui assène un violent coup de pied qui le projette au sol. Dans la chute, sa tête percute un muret. Le père de famille ne se relève pas, mais les trois agresseurs n'en ont cure et s'enfuient en courant.

Une fois chez eux, ils vérifient le contenu de la sacoche volée et se trouvent face à une paire de lunette, une batterie externe, un paquet de bonbon. Pas de trace de l'argent escompté, alors ils s'en débarrassent. Ce n'est que plus tard, à la télévision, qu'ils apprennent le coma, puis le décès de Chaolin Zhang.

Préjugés et racisme

Confondus par la vidéosurveillance, l'un d'eux reconnaît avoir ciblé leurs victimes : "les personnes asiatiques ont plus d'argent", explique-t-il aux enquêteurs. Un autre, qui se fait appeler "Dims le Meurtrier" sur les clips de rap qu'il enregistre, admet avoir porté le coup de pied fatal. Il en est à sa 24e mise en cause dans des vols avec violence, la plupart visant des personnes d'origine asiatiques.

Les trois jeunes, mineurs au moment des faits, ont été renvoyés devant la justice des mineurs pour violences volontaire ayant entraîné la mort. La circonstance raciste, aggravante, a été retenue par les juges.

L'affaire a suscité un vif émoi dans la communauté asiatique

Plusieurs manifestations ont eu lieu à Aubervilliers, ville de 80.000 habitants, ainsi qu'à Paris, pour dénoncer le "racisme anti-asiatique" et réclamer des mesures de sécurité renforcées. .

Ces derniers mois, la communauté asiatique a manifesté son inquiétude, se disant insuffisamment protégée d'agressions alimentées par des "préjugés" et un "racisme" anti-asiatiques. Le cliché voulait que cette communauté soit discrète, ce fait divers tragique a prouvé qu'elle avait ses propres revendications. Elles tiennent en un mot : plus de sécurité.

Dans le quartier des Quatre Chemins, les habitants ne se sentent pas plus en sécurité qu'avant

Dans ce magasin de téléphones portables et de photos, les clients ont tous une agression à raconter. La patronne s’en fait l’écho : "les clients viennent faire des photos pour leurs papiers car leurs cartes d'identité ou leurs passeports sont volés dans la rue."

En train de faire ses courses, Manda vient ajouter son témoignage. Selon elle certaines bandes visent clairement la communauté : "des chinoises me demandent si elles peuvent faire la route avec moi pour dépasser ce secteur là, car le soir, surtout, il y a toujours des agressions".

Des progrès, mais ils sont encore insuffisants

Une réalité, qui ne doit pas masquer une amélioration certaine selon Rui Wang, l'une des figures de la protestation et membre de l’AJCF (Association des jeunes Chinois de France). Un an après, il se réjouit du chemin parcouru : "nous avons réussi à faire prendre conscience qu'il existe un racisme spécifique envers les asiatiques, un racisme qui était latent dans le verbe et qui a muté. On voit que ça peut être physiquement violent".

Avocat, membre de l’association des jeunes chinois de France, Olivier Wang, avocat et fondateur de l'Association des Jeunes Chinois de France, venu avec des chiffres concernant les agressions à Aubervilliers : "au premier trimestre 2017, c'était 59 cas. Au premier trimestre 2017 c’est une vingtaine de cas, ça prouve que des efforts ont été effectués".

De gros progrès, mais pour la communauté chinoise ce n'est pas encore suffisant : ils demandent plus de caméras, et plus de policiers pour empêcher les agressions racistes.

Lundi après-midi, un dépôt de gerbe a été organisé dans la rue d'Aubervilliers où Chaolin Zheng a été agressé il y a tout juste un an.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.