estrosi candidat à la primaire ump, sauf si sarkozy revient
estrosi candidat à la primaire ump, sauf si sarkozy revient © reuters

Non, interdire "l'utilisation ostentatoire" de drapeaux étrangers pendant la Coupe du Monde ne peut être justifié par "des nécessités de l'ordre public". Le tribunal administratif de Nice a donc suspendu cette mesure. Christian Estrosi la maintient.

C'est une décision qui arrive avec un peu de retard. L'arrêté de Christian Estrosi visait implicitement les supporters algériens, dont l'enthousiasme débordant inquiétait le maire de Nice. Or ces derniers, dont l'équipe a été éliminée mardi soir de la Coupe du Monde, auront nettement moins d'occasions d'utiliser de manière ostentatoire leurs drapeaux.

Le maire de Nice se rebiffe

C'est tout de même une défaite en prolongations pour Christian Estrosi. Saisi par la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et l'Association pour la démocratie à Nice et dans les Alpes-Maritimes, le tribunal administratif a décidé de suspendre l'exécution de l'arrêté en question, estimant qu'a priori le texte avait un "caractère non-proportionné".

En l'état de l'instruction, le moyen tiré du caractère non proportionné de l'interdiction édictée par l'arrêté litigieux au regard des nécessités de l'ordre public, dès lors qu'il n'est pas établi que celui-ci ne pouvait pas être assuré dans les mêmes conditions par des moyens moins contraignants, est de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée.

Mais Christian Estrosi contre-attaque : dans un communiqué, il refuse de suspendre son arrêté, accuse l'État de laxisme et même d'avoir commandé la décision du tribunal administratif, tout en le disant "incapable d'assurer l'ordre public".

Pour l'instant, la justice administrative (totalement indépendante du gouvernement français) a simplement émis un "doute sérieux" sur la légalité du texte, suffisant pour en empêcher temporairement l'application. Le tribunal se prononcera prochainement sur le fond.

À Nice, les débordements des supporters algériens que dénoncent Christian Estrosi ont abouti à une seule arrestation, dimanche dernier, après la victoire de leur équipe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.