jean-luc mélenchon accuse le ps d'avoir instrumentalisé l'extrême droite après le décès de clément méric
jean-luc mélenchon accuse le ps d'avoir instrumentalisé l'extrême droite après le décès de clément méric © reuters

Le principal suspect dans la mort du militant antifasciste Clément Méric a été mis en examen samedi soir pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Les juges n'ont pas retenu l'intention de donner la mort comme circonstance aggravante.

Les derniers événements

Policier et menottes
Policier et menottes © Reuters
  • Mise en examen du principal suspect: Esteban a été mis en examen et incarcéré. Ce sympathisant du mouvement d'extrême droite Troisième Voie, âgé de 20 ans, avait été présenté à des juges, après son déferrement au parquet.

> Ecoutez le portrait d'Esteban par Elodie Guégen

  • Nouvelles manifestations d'hommage : selon la police, environ 4.000 personnes ont défilé entre Bastille et la place Gambetta, à Paris. A Toulouse, 1500 personnes selon les organisateurs, 800 selon la police, ont également défilé, sous très haute protection policière. En tête des cortèges, plusieurs membres du collectif "Antifa", vêtu de T-shirt noirs au nom de Clément. Clément Méric appartenant au groupe Action anti-fasciste Paris-Banlieue.

> Plus détails de l'altercation qui a coûté la vie à Clément Méric: les précisions de Jean-Philippe Deniau

Serge Ayoub, leader des JNR
Serge Ayoub, leader des JNR © Max PPP

Serge Ayoub dénonce "une blague" : "C'est inimaginable", a déclaré le leader des Jeunesses nationalistes républicaines (JNR). "Les JNR ne sont nullement impliquées dans cette affaire".

> Comment interdire les JNR? Les explications de Germain Treille

jean-marc ayrault demande la dissolution d'un groupe d'extrême droite
jean-marc ayrault demande la dissolution d'un groupe d'extrême droite © reuters
  • Jean-Marc Ayrault veut la dissolution des JNR: le Premier ministre a annoncé avoir demandé au ministre de l'Intérieur Manuel Valls de lancer une procédure de dissolution du groupuscule des Jeunesses nationales révolutionnaires (JNR).

J'ai également demandé au ministre de l'Intérieur de poursuivre l'examen des conditions dans lesquelles d'autres associations ou groupements de fait pourraient faire l'objet de la même procédure

François Molins, procureur de Paris
François Molins, procureur de Paris © Max PPP
  • Une information judiciaire pour homicide volontaire est ouverte : elle vise le principal suspect, auteur présumé du coup mortel. Les autres suspects pourraient faire l'objet de poursuite pour "violences en réunion". Le procureur de Paris a également requis le placement en détention provisoire de quatre des cinq suspects. > Pourquoi la notion d'homicide volontaire a-t-elle été retenue?

> Retrouvez les événements antérieurs

> Toutes les réactions à l'agression de Clément Méric

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.