La cour d'appel de Versailles reprend pour trois jours l'épineux dossier. Elle doit se prononcer sur le montant des dommages et intérêts que le trader a été condamné à payer.

Jérôme Kerviel et son avocat, David Koubbi
Jérôme Kerviel et son avocat, David Koubbi © Radio France / Sara Ghibaudo

La justice n'en n'a pas fini avec l'affaire Kerviel-Société Générale... Si l'ancien trader a été définitivement condamné au pénal (et purge actuellement sa peine), il reste encore une inconnue : le montant des dommages et intérêts qu'il avait été condamné à payer : 4,9 milliards d'euros, soit l'argent qu'il a fait perdre à la banque en 2008.

Jérôme Kerviel a fait citer comme témoins les trois avocats de la banque, ce qui du coup ne leur permettrait pas d'exercer leur rôle à cette audience. Du côté de la banque, on dénonce une nouvelle gesticulation pour détourner l'attention des fautes commises par l'ancien trader... Le bâtonnier de Paris a été saisi, puisqu'on ne peut pas être avocat et témoin.

► ► ► LIVETWEET | Suivez l'audience en direct avec notre reporter Sara Ghibaudo

La défense de Jérôme Kerviel suit sa logique : elle prétend démontrer que l'enquête initiale a été manipulée par la banque, qui savait tout. On ne sait pas encore quels éléments nouveaux elle pourrait produire, mais elle a marqué un point la semaine dernière devant les prud'hommes, et le sujet va occuper le début de l'audience d'aujourd'hui.  Sur le fond, la cour d'appel de Versailles doit recalculer les dommages et intérêts dûs par Jérôme Kerviel. Pour la Cour de cassation, la banque ne peut en effet pas réclamer la totalité des pertes, dans la mesure où elle a commis des négligences et failli dans ses contrôles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.