Devant la cour d’Assises spéciale de Paris, débat très délicat autour des films tournés par Mohamed Merah au moment de ses trois attentats, et qu'il voulait diffuser.

Devant la cour d'Assises de Paris, le président a tranché sur la diffusion des images de la GoPro de Mohamed Merah
Devant la cour d'Assises de Paris, le président a tranché sur la diffusion des images de la GoPro de Mohamed Merah © Radio France / Matthieu Boucheron

A propos des terribles images tournées par Mohamed Merah au moment de ses exécutions, Maitre Morice, , avocat de la famille d’un des soldats tués à Montauban estime que la cour d’assises doit les voir, mais il précise : "Vous imaginez bien qu’en tant qu’avocat, nous avons invité les familles de victimes à ne pas assister à la diffusion de ces images". 

La famille du caporal Imad Ibn Ziaten n’est pas contre une diffusion à huis clos, mais elle s’oppose à une diffusion publique, prévient Me Mouhou : 

La mort de leur fils ne leur appartiendrait plus, ce serait pour eux un traumatisme aggravé et dévastateur

L’avocate d’Eva Sandler, qui a perdu son mari et ses deux petits garçons de trois et cinq ans devant l’école juive Ozar Hatorah se lève, à son tour, émue, bouleversée même par ce type de demande. "Comment montrer l’exécution des enfants qui ont rampé, se sont protégés, on va voir du sang, des hurlements ? Ce serait terrible que nous nous transformions en exécuteurs testamentaires de Merah, qui voulait diffuser ces images" (sur Al Djazira, NDLR). "Ce serait participer à la stratégie d’Al Qaïda", enchaîne l’avocate générale, contre la diffusion elle aussi, de ces films "d’une cruauté insoutenable", dit-elle. 

Le président rappelle que c’est à lui de décider. Qu’il ne veut pas "ajouter l’horreur à l’horreur", et, devant la cour d'Assises, il tranche : 

J’ai vu ces films, les images sont absolument atroces, et ne sont pas utiles pour la manifestation de la vérité

Les images GoPro de Mohamed Merah resteront dans le dossier d’instruction. Tous ceux qui les ont vues se disent marqués, à jamais.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.