C’est un nouvel épisode judiciaire dans l’affaire d’un suicide suspect, possiblement lié au dossier Karachi.

L’avocat de la veuve d’André Rigault, Emmanuel Ludot, vient de déposer plainte contre X pour « recel de vol de formules mathématiques » auprès du Procureur de la République de Paris.

L’ingénieur André Rigault a été retrouvé mort, le 12 janvier 1998, au centre d’essais de la DCN (Direction des constructions navales) d’Indret, en Loire-Atlantique. L’enquête a conclut au suicide, mais pour la veuve d’André Rigault, il s’agit bien d’un homicide lié aux activités professionnelles ultra-sensibles de son compagnon.

André Rigault travaillait sur la possibilité d’augmenter de trois à cinq fois l’autonomie des sous-marins vendus au Pakistan (contrat Agosta), ainsi que sur le système de propulsion des frégates vendues à l’Arabie Saoudite (contrat Sawari 2). Des contrats d’armements qui font actuellement l’objet d’investigations judiciaires sur de possibles rétro-commissions politiques versés en France.

Pour l’avocat de la veuve d’André Rigault, l’ingénieur bénéficiait de la protection intellectuelle de ses formules mathématiques, d’où l’objet de cette nouvelle plainte, également transmise au juge Van Ruymbeke qui enquête sur le volet financier de l’affaire Karachi.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.