COP21 : Echauffourées place de la République
COP21 : Echauffourées place de la République © MaxPPP / Alexandre Resende

9 personnes sont toujours en garde à vue ce lundi soir après les échauffourées qui ont eu lieu dimanche à Paris, en marge de la Conférence de l'Onu sur le climat (COP21). Des manifestants ont jeté des projectiles sur les policiers, qui ont répliqué à coups de gaz lacrymogènes.

La police avait procédé à 341 interpellations. 9 personnes sont toujours en garde à vue ce lundi soir . Les autres sont toutefois susceptibles d'être poursuivis pour participation à une manifestation non autorisée. Dimanche après-midi, à la veille de l'ouverture de la COP21, de violents affrontements ont opposé quelques dizaines d'activistes aux CRS postés place de la République à Paris. "De petits groupes violents (...) s'en sont pris aux forces de l'ordre avec des projectiles" comme des "bougies" déposées en mémoire des victimes des attentats ou "une boule de pétanque", a indiqué le préfet de police de Paris, Michel Cadot. La préfecture, qui a publié sur sa chaîne Youtube des images des affrontements.

Condamnations unanimes

Une action "scandaleuse" a réagit le président François Hollande, évoquant des "éléments perturbateurs" qui n'ont "rien à avoir avec les défenseurs de l'environnement".

Colère aussi du Premier ministre, Manuel Valls, qui s'est exprimé sur son compte Twitter.

Plusieurs syndicats affiliés à Solidaires ou à la FSU demandent, eux, la libération des manifestants interpellés.D'après SUD-rail, ce rassemblement se déroulait "sans violence" quand "des casseurs ont infiltré la manifestation" . Le syndicat reproche à la police d'avoir "chargé sans discernement" et procédé "à une véritable rafle aveugle" de manifestants, dont plusieurs militants du syndicat de cheminots. Avis partagé par SUD-PTT qui estime que ces arrestations montrent que l'état d'urgence est "détourné de la lutte contre le terrorisme".

La COP21 se tient jusqu'au 11 décembre au Bourget. 147 chefs d'Etat et de gouvernement sont à Paris ce lundi, pour lancer les négociations. L'objectif est de sceller un accord mondial pour limiter à 2 degrés le réchauffement climatique.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.