Le jeune policier qui avait tiré et tué un conducteur sans permis mardi soir à Paris après une course poursuite a finalement été mis en examen jeudi soir pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Illustration - logo de la police
Illustration - logo de la police © Radio France / Johan Moison

Le jeune policier a été placé, après 48h de garde à vue, sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer et de quitter le territoire national, une décision jugée "incompréhensible" pour son avocat, Laurent Franck Liénard, qui a décidé avec son client de faire appel dès ce vendredi matin devant la chambre de l'instruction.

Le gardien de la paix, âgé de 23 ans, avait réquisitionné un scooter avec son propriétaire pour entamer une course poursuite dans les rues de la capitale après un premier refus de contrôle, il n'aurait pas entendu l'ordre de stopper sur sa radio. La voiture s'est retrouvée bloqué rue Condorcet (dans le IXeme arrondissement), le policier est donc descendu pour tenter d'interpeller le suspect. Ce dernier a alors reculé et percuté le scooter, son conducteur ayant eu juste le temps de s'éjecter. C'est là que l'agent a ouvert le feu, explique Laurent Franck Liénard qui revient sur les deux points sensibles de cette histoire : l'ordre de s'arrêter et le moment précis où il a décidé de tirer.

2 min

Laurent Franck Liénard, avocat du jeune gardien de la paix impliqué dans la course poursuite à Paris

Par Emmanuel Leclère

Un avocat très en colère alors que la police des polices, selon lui, considérait que le tir était légitime.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.