Ecoutes téléphoniques
Ecoutes téléphoniques © MaxPPP

La Cour des Comptes dénonce les sommes élevées que l’État consacre aux écoutes judiciaires pour des résultats jugés insuffisants. Ces dix dernières années, ces écoutes ont coûté un milliard d'euros. La plate-forme nationale des interceptions judiciaires (PNIJ) est dans le viseur des sages de la rue Cambon.

Dans un réferé rendu public ce lundi, la Cour des Comptes juge la gestion de la PNIJ "laborieuse" . Alors qu'il n'est pas encore complètement déployé, ce dispositif est pointé du doigt. L'an dernier, les écoutes téléphoniques, la surveillance de mails et autres relevés de fadettes ont coûté 120 millions d'euros . En huit ans, ces coûts ont explosé de 64%.

Tous ces actes sont chers mais c'est aussi lajungle forfaitaire qui explique ces coûts. Les écoutes sont facturées sur différents budgets, dans plusieurs ministères, relève la Cour des Comptes qui dénonce également une mauvaise maîtrise des évolutions technologiques.

Changement radical

C'est en février que la Cour des Comptes avait envoyé un réferé au Premier Ministre pour dénoncer ces dérapages financiers . Après la réponse de Manuel Valls, les sages de la rue Cambon détaillent donc leurs critiques mais y vont aussi de leurs préconisations.

La PNIJ, le centre névralgique des écoutes, sollicité dans des enquêtes déclenchées par des juges d'instruction ou par les parquets est gérée depuis les locaux de Thalès qui a remporté le contrat. La Cour des Comptes estime que c'est à l'État d'héberger cette plate-forme et de redistribuer ensuite les marchés à des opérateurs privés . Cette gestion inter-ministérielle , pilotée par Matignon serait l'inverse de la stratégie décidée au milieu des années 2 000.

ALLER PLUS LOIN ►►► Les bugs de la PNIJ

Manuel Valls a donc répondu aux experts.Le Premier Ministre est favorable à des changements des modes de gestion des budgets des interceptions judiciaires . En revanche, il est beaucoup plus prudent par rapport à cette plate-forme et au contrat de Thalès. Tout juste a t-il réclamé une inspection technique et commandé un rapport qui devrait lui être rendu au mois d'août.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.