Le sénateur Les Républicains est jugé à partir d'aujourd'hui à Paris pour blanchiment de fraude fiscale et omission sur sa déclaration de patrimoine.

Le sénateur Les Républicains Serge Dassault est jugé à partir de ce lundi.
Le sénateur Les Républicains Serge Dassault est jugé à partir de ce lundi. © Maxppp / Vincent Isore/IP3

Le comptable suisse auditionné au printemps 2014 se présente comme l'homme à tout faire chez Dassault. Il a géré les tirelires occultes de Marcel, le fondateur puis de Serge, l'héritier qui s'en est servi pour verser de l’argent à des habitants de Corbeil.

Après l'audition du comptable, qui raconte comment il venait livrer du cash dans des sacs de course près des Champs-Elysées à Paris, Serge Dassault n'a plus le choix, son notaire écrit à la "cellule de dégrisement" de Bercy, qui permet aux fraudeurs de régulariser leur situation.

Procès  plutôt embarrassant pour le sénateur

Au même moment, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, créée après le scandale Cahuzac, épluche sa déclaration de patrimoine et saisit la justice. Ce procès est plutôt embarrassant pour le sénateur. Il n'a pas prévu de venir s'expliquer ce lundi après-midi sur les 31 millions d'euros cachés sur des comptes au Luxembourg, via des fondations au Liechtenstein ou des sociétés écrans.

A 91 ans, Serge Dassault est pourtant en pleine forme, comme le montre cette récente interview sur Public Sénat, le 13 juin. Il évoque les grèves liées à la loi travail, traitant au passage  "d'abrutis" ceux bloquent le port du Havre.

Mais Serge Dassault préfère attendre l'issue de la bataille de procédure que vont livrer lundi ses avocats. Pour blanchiment de fraude fiscale, il risque jusqu'à cinq ans d'emprisonnement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.