sécurité routière
sécurité routière © / Tabl-trai

Le gouvernement a annoncé les grandes lignes de son nouveau plan pour lutter contre les accidents de la route mortels, dont le nombre est reparti à la hausse depuis 2014. Cinq cents radars supplémentaires seront installés, ainsi que plusieurs milliers de "leurres".

Les cabines "leurres", qui pourront contenir ou pas un radar, permettront de multiplier par quatre le nombre de zones "sécurisées", a précisé Manuel Valls. Le nombre de radars passera quant à lui de 4.200 à 4.700 en trois ans.

Après 12 ans de baisse, le nombre de morts a augmenté de 3,5% en 2014, à 3.384, soit 116 de plus qu'en 2013, une tendance qui se confirme sur les huit premiers mois de 2015, avec une hausse de 4,6% du nombre de tués.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Tous les reportages de France Inter sur la mortalité routière

"Ces chiffres sont inacceptables. Les routes de France ne peuvent pas être un cimetière", a dit le Premier ministre, Manuel Valls, à l'issue d'un comité interministériel de la sécurité routière, à Matignon.

Depuis deux ans, certains comportements au volant se sont clairement relâchés .

Il confirme l'objectif de faire passer le nombre de morts sur les routes sous la barre des 2.000 en 2020.

Au total 22 nouvelles mesures ont été annoncées par le Premier ministre à l'issue d'un comité interministériel, le premier depuis 2011.

De leur côté, les associations se disent très déçues par ces mesures , qu'elles estiment largement insuffisantes pour améliorer les chiffres de la mortalité routière. Pour Chantal Perrichon, de la Ligue contre la violence routière, les radars "leurres" n'auront notamment aucun effet.

Cela pourrait être une bonne idée, si l'on avait pas des fabricants d'avertisseurs de radars qui font que, leurre ou non, ils sont signalés. C'est pourquoi nous demandons toujours que ce soient des radars embarqués dans des voitures banalisées.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.