CRS lors d'une manifestation à Lyon contre le "Mariage pour tous"
CRS lors d'une manifestation à Lyon contre le "Mariage pour tous" © MaxPPP/Alexander Roth-Grisard

Un jeune militant anti mariage pour tous a été condamné à deux mois de prison ferme avec mandat de dépôt mercredi soir. Depuis, les opposants à la loi Taubira sont furieux et crient à la manœuvre politique.

"C'est scandaleux, monstrueux", lance Me Frédéric Pichon, avocat désigné pour défendre le jeune homme. "Aujourd'hui, si on n'est plus d'accord avec le gouvernement et qu'on se rebelle, on va en prison, en prison!", s'indigne Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français. "Prisonnier politique", lancent en choeur les twittos opposés au mariage gay.

Depuis la condamnation hier soir de Nicolas, un jeune homme de 23 ans, les réactions se multiplient. Il était présent dimanche dernier, en compagnie de 1.500 autres manifestants, devant les locaux d'M6, où François Hollande participait à l'émission "Capital". Il a ensuite défilé dans le XVIe arrondissement, puis le VIIIe (sur les Champs-Elysées) avec une centaine de manifestants, avant d'être interpellé. Il a été arrêté au premier étage d'une pizzeria, où il s'était réfugié. La manifestation n'était pas déclarée.

Il aurait ensuite refusé tout prélèvement ADN ou de ses empreintes.

Condamné pour rébellion

"Ils ont voulu faire un exemple", assure Me Pichon. "Il était dans le collimateur. Ils veulent que le mouvement s'arrête".

"La Manif pour tous est extrêmement émue, bouleversée de ce qui est arrivé à ce jeune homme", déclare de son côté Ludovine de la Rochère, présidente du mouvement.

Marion Maréchal-Le Pen, député FN du Vaucluse, se dit lle "extrêmement choquée. C'est une décision purement politique. Quand on voit que les détrousseurs violents du RER D ont du sursis ou des avertissements, je crois que vraiment il y a un scandale..."

Sauf que... une telle condamnation, c'est en fait le quotidien des comparutions immédiates. Corinne Audouin.

Le jeune homme a tout de même été condamné pour rébellion et refus de prélèvement lors d'une audience en comparution immédiate, mercredi après-midi à Paris. Il a écopé de quatre mois de prison, dont deux ferme, avec mandat de dépôt et 1.000 euros d'amende.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.