Le secrétaire général de l'Elysée est déjà visé par une enquête du Parquet national financier et par une plainte de l'association Anticor pour prise "illégale d'intérêt" et "trafic d'influence". De nouveaux documents révélés par Mediapart soulèvent des questions sur le rôle qu'a joué Alexis Kohler entre 2010 et 2012.

De nouveaux documents révélés par Mediapart soulèvent des questions sur le rôle qu'a joué Alexis Kohler entre 2010 et 2012, en tant que représentant de l'Etat au conseil d'administration du Port du Havre
De nouveaux documents révélés par Mediapart soulèvent des questions sur le rôle qu'a joué Alexis Kohler entre 2010 et 2012, en tant que représentant de l'Etat au conseil d'administration du Port du Havre © AFP / NurPhoto / Julien Mattia

Les documents recueillis par Mediapart témoignent de la participation active d'Alexis Kohler aux conseils d'administration du Grand Port du Havre en 2010 et 2011 alors qu'il siège comme représentant de l’Agence des participations de l’Etat (APE)

Le 4 juin 2010, par exemple, le représentant de l'État va se prononcer et voter en faveur d'un financement pour engager le chantier multimodal. "Un très beau projet" souligne le maire de l'époque, Edouard Philippe, qui siégeait également au conseil d'administration du Port. "Un projet dont l'intérêt stratégique pour le port est évident" ajoute Alexis Kohler lors du tour de table. 

Or ce chantier multimodal n'est pas seulement une source de développement pour le port du Havre, il rejoint aussi les ambitions de l'armateur MSC qui souhaite affermir sa présence dans les grands ports français. 

Alexis Kohler, ce jour-là, a-t-il uniquement exprimé la position de l'État ou aussi celle d'une entreprise à laquelle il est familialement lié ? La question du conflit d'intérêt se pose d'autant plus que selon Mediapart, Alexis Kohler n'a, à cette époque, jamais informé les autres membres du conseil d'administration du port du Havre de cette situation potentiellement embarrassante.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.