L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales publie son rapport sur la victimation. Ses conclusions viennent contrarier les événements les plus médiatiques.

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales publie son enquête 2015
L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales publie son enquête 2015 © Maxppp / Alex Baillaud

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales publie son rapport annuel sur la victimation, basé sur les déclarations des victimes. Et même si certaines agression de footballeurs, de riches starlettes ou femmes d'affaires américaines et qatariennes ont récemment défrayé la chronique, le nombre global de car-jackings et de cambriolages, de vols avec violences plus généralement, a fortement diminué en France en 2015 par rapport à la période 2011-2013. 245 000 victimes contre une moyenne de 320 000 personnes agressées trois ans plus tôt.

Dans le détail, le nombre de ménages victimes de vols ou tentatives de vol dans ou sur la voiture baisse : il passe de 690 000 en 2014 à moins de 600 000 en 2015. Cette tendance n’est pas nouvelle : en moyenne entre 2006 et 2010, on comptait près de 850 000 ménages victimes. Il en est de même pour les actes de vandalisme sur la voiture : le nombre de ménages victimes diminue sur un an, passant de plus de 1,3 million en 2014 à 1,2 million environ en 2015. Cela accentue une tendance antérieure : entre 2006-2010, ce nombre était proche de 1,6 million en moyenne.

Des hausses ou des niveaux préoccupants

Parmi les faits de délinquance en hausse, en revanche, les retraits frauduleux sur compte bancaire sont en hausse entre 2014 et 2015 : sur un an, leur nombre passe de moins de 900 000 à plus de 1,1 million. Il augmente de manière constante depuis 2010. Il s'élevait alors à environ 500 000 ménages victimes.

L'Observatoire ne relève pas d'amélioration en matière de violences sexuelles : en 2014 et 2015, on estime à 406 000 le nombre de personnes de 18 à 75 ans ayant dit avoir subi au moins un acte de violences sexuelles sur deux ans, dont 350 000 femmes (soit plus de 86%). Soit une variation assez faible par rapport aux niveaux moyens mesurés entre 2010-2011 et 2012-2013, soit 443 000 victimes dont 345 000 femmes.

Lorsqu'il s'agit de violences physiques ou sexuelles par conjoint ou ex-conjoint, le nombre de victimes sur deux ans, stable par rapport à 2014, se situe à 530 000 personnes de 18 à 75 ans en 2014-2015, dont plus des trois quarts sont des femmes (400 000 victimes).

Violence en baisse, vols en hausse

De son coté, le ministère de l'Intérieur avait publié mardi les chiffres de la délinquance en France sur les trois derniers mois (septembre à novembre). "Par rapport aux trois mois précédents, les vols avec armes enregistrés par les forces de sécurité ainsi que les vols violents sans arme sont en baisse" (-3%), note le ministère. Par ailleurs, si "le nombre de coups et blessures volontaires sur les personnes de 15 ans est stable", les vols sans violence contre des personnes sont eux "en légère hausse" (+2%).

Sur les 3 derniers mois de 2016, les cambriolages en hausse, les homicides en baisse
Sur les 3 derniers mois de 2016, les cambriolages en hausse, les homicides en baisse © Visactu / Visactu

Parmi les atteintes aux biens, les cambriolages de logement enregistrés sont en hausse de 3%. Les vols dans les véhicules sont en hausse de 2% et les vols de véhicules en légère hausse (+1%). Les vols d’accessoires sur véhicules sont en très légère baisse.

Enfin, les homicides sont en très forte baisse mais ce chiffre est à relativiser puisque les chiffres du dernier trimestre sont comparés avec ceux du trimestre précédent, qui incluait les attentats terroristes de juillet 2016.

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.