Jeremy Oinino, co-fondateur de demanderjustice.com
Jeremy Oinino, co-fondateur de demanderjustice.com © Charlotte Piret / Charlotte Piret
**Le site [demanderjustice.com](https://www.demanderjustice.com/) permet, moyennant finance, de voir une mise en demeure envoyée directement à tel garagiste frauduleux ou tel propriétaire qui a omis de vous rendre votre caution.** **Pour demanderjustice.com, il s'agit d'un moyen d'accès simplifié à la justice. Pour le parquet de Paris d'exercice illégal du droit. Et l'ordre des avocats entend se porter partie civile. Le procès a eu lieu ce matin, le jugement sera rendu le 13 mars prochain.** Quand on les rencontre dans leur locaux de la rue de Valois, les fondateurs de demanderjustice.com affichent un objectif limpide: fournir un accès simplifié à la justice. Moyennant 39,90 euros dans le cadre d'une procédure à l'amiable, 69,90 euros en cas de procédure judiciaire, il propose de livre à l'internaute un dossier clé en main - "un rêve de greffier, sourit même le jeune entrepreneur - directement envoyé à l'entreprise ou au tribunal concerné. C'est donc avec cette idée qu'ils démarrent à deux en 2011, "deux jeunes diplômés avec "une culture logicielle assez forte", selon leurs propres dires. Jeremy Oinino, co-fondateur du site, demanderjustice.com > On a utilisé des techniques assez récentes comme les signatures électroniques, l'analyse sémantiques et en amalgamant tout ça, on est parvenu à créer notre logiciel. C'est une démarche purement entreprenariale. Mais on s'est entourés de juristes et professionnels du droit pour être en conformité avec la loi. **"Des litiges avec l'opérateur téléphonique, le garagiste, le voyagiste ... " Jérémy Oinino**
Aujourd'hui, la start-up compte 25 salariés, revendique le traitement de 70 000 dossiers "et pas une seule plainte", souligne Leonard Sellem, l'un des fondateurs du site. **"Pourquoi embauchez-vous des juristes? : compte-rendu d'audience de Charlotte Piret**
### "Exercice illégal du droit"? Mais l'initiative n'est pas du goût du barreau des avocats de Paris qui voit là un "exercice illégal du droit" et une "mise en danger du justiciable" et dénonce, par la voix de leur conseil, Alexandre Varaut, une "justice low cost". Sur signalement de l'ordre des avocats, le parquet de Paris a donc décidé de poursuivre devant le tribunal correctionnel de Paris le président Jéremy Oinino. Qui se défend: > Nous ne faisons pas de conseil, nous de proposons pas de représentations, nous n'entrons pas dans les dossiers. On est dans le cadre de l'information à caractère documentaire, que l'on respecte strictement. **"Pour être avocat, il faut sept ans d'études": Alexandre Varaut, conseil pour l'ordre des avocats**
Et son collègue Léonard Sellem d'ajouter: > Nous recevons plusieurs milliers d'appels par jour sur notre call center - basé dans leurs locaux parisiens - et dans près de la moitié des cas, nous renvoyons vers les Maisons du droit ou l'ordre des avocats de leur judiriction. Si ce n'est que les faits jugés aujourd'hui concernent une période spécifique: entre la "mi-2012 et la mi-2013", indique l'avocat du barreau de Paris, période pendant laquelle une assistance juridique aurait été proposée aux internautes.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.