Le Mémorial de la Shoah
Le Mémorial de la Shoah © MAXPPP

Hasarad du calendrier, en pleine affaire Dieudonné, la convention vient d'être signée entre le parquet de Paris et le Mémorial de la Shoah : dès à présent, on pourra condamner les auteurs d'infractions antisémites à y faire un stage de deux jours.

Ce stage à visée pédagogique pourra être ordonné comme peine principale pour tout auteur d'une infraction antisémite âgé d'au moins 13 ans. Il pourra également être une alternative aux poursuites, et il pourra être ordonné dans le cadre d'un sursis mise à l'épreuve.

François Molins, le procureur de Paris

On a chaque année au Parquet de Paris entre 70 et 80 infractions ayant été commises avec un motif raciste ou antisémite

Le but est clair : rappeler les valeurs républicaines de tolérance et de respect d'autrui, rajouter l'éducation à la sanction en montrant concrètement ce qu'a été l'extermination des juifs.

Jacques Fredj, le directeur du Mémorial de la Shoah

Les préjugés reposent, le plus souvent, sur la méconnaissance.

Jacques Fredj conclue : ces stages ne seront pas destinés aux millitants politiques. La convention signée hier est le fruit de plusieurs mois de discussions et n'a strictement rien à voir avec l'actualité récente autour de Dieudonné.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.