La conférence de presse de François Molins
La conférence de presse de François Molins © capture d'écran

Le procureur de Paris a annoncé mardi soir que l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre, Abdelhamid Abaaoud, avait prévu de se faire exploser avec un autre djihadiste, le 18 ou le 19 novembre à La Défense près de Paris.

Six magistrats antiterroristes saisis, 5.339 procès-verbaux dressés en 11 jours d'enquête de flagrance. Passées les annonces comptables, le procureur de Paris, qui s’adressait à la presse mardi soir, a annoncé qu’Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre avait prévu de se faire exploser avec un autre djihadiste, le 18 ou le 19 novembre à La Défense près de Paris.

Abaaoud avait été en contact avec l'un des kamikazes du Stade de France

Selon le procureur, les investigations téléphoniques menées au soir des attentats ont par ailleurs permis de déterminer qu'Abdelhamid Abaaoud avait été en contact avec Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France, et qu'il était "revenu sur les scènes de crime après les attentats", alors que les policiers étaient encore en train d'intervenir dans la salle de spectacle du Bataclan, a ajouté le magistrat au cours d'une conférence de presse.

Détention provisoire requise pour Jawad Bendaoud

En outre, après six jours de garde à vue, le parquet a requis la détention provisoire pour le logeur présumé d'Abdelhamid Abaaoud, Jawad Bendaoud, arrêté le 18 novembre dans la rue, à proximité immédiate de l'appartement de Saint-Denis pris d'assaut par les policiers et où Abdelhamid Abaaoud, sa cousine Hasna Aitboulahcen et un homme non identifié sont morts, l'un d'entre eux dans l'explosion d'une veste explosive. Parmi les chefs visés par l'information judiciaire figurent ceux d'"assassinats et tentatives d'assassinats en bande organisée, tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en bande organisée, séquestrations en bande organisée, fabrication d'engins explosifs", direction d'une association de malfaiteurs terroristes ou encore financement du terrorisme.

Mis en examen et mandat d’arrêt international en Belgique

On apprenait un peu plus tôt dans l’après-midi par les autorités belges qu’un homme interpellé en Belgique lundi a été inculpé ce mardi pour « assassinats terroristes », ce qui porte à cinq le nombre de personnes placées en détention préventive dans l’enquête menée dans ce pays depuis les attentats du 13 novembre, à Paris. La justice belge a également lancé un mandat d’arrêt international contre un homme vu au volant d’une voiture ayant servi pendant les attaques. Mohamed Abrini a été identifié le 11 novembre en compagnie du suspect clé Salah Abdeslam, comme étant au volant de la Clio qui a servi deux jours plus tard. Il a été filmé vers 19h dans une station-service de Ressons, au nord de Paris.

Réouverture progressive des écoles et du métro à Bruxelles mercredi

Bruxelles est toujours en alerte terroriste maximale et des centaines de policiers et militaires supplémentaires arrivent mercredi pour la réouverture progressive des écoles et du métro. Les musées à la charge de la ville ont rouvert dès mardi mais les grands musées fédéraux comme le Musée Royal des Beaux-Arts sont restés fermés.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.