Le roi du Maroc Mohammed VI
Le roi du Maroc Mohammed VI © REUTERS/John Schults

Eric Laurent et Catherine Gracier ont été arrêtés et placés en garde à vue jeudi à Paris. Ils sont soupçonnés d'avoir tenté de faire chanter le roi du Maroc, en le menaçant de publier un livre polémique sur le souverain. Les deux suspects auraient réclamé trois millions d'euros au pouvoir marocain pour empêcher la publication de l'ouvrage.

Les faits débutent il y a un mois. Selon les autorités marocaines, c'est le journaliste Eric Laurent qui prend contact avec le cabinet du roi du Maroc, le 23 juillet dernier.

La suite, c'est l'avocat de Mohamed VI, Eric Dupond-Moretti, qui la raconte.

Le cabinet du roi délègue un représentant et rencontre Eric Laurent qui dit :"Écoutez, je prépare un livre polémique et moyennant 3 millions d'euros, je retire ce livre !" Sidération du représentant qui en fait part, naturellement, aux autorités marocaines, qui immédiatement dépose une plainte entre les mains du parquet de Paris. La police va organiser une nouvelle réunion entre le représentant du roi et Eric Laurent. Mais cette réunion, elle est enregistrée, photographiée. Les preuves de cette corruption, de ce chantage, de cette tentative d'extorsion de fonds sont dans les enregistrements, les photographies.

Mercredi dernier, une information judiciaire est finalement ouverte, pour "tentative d'extorsion de fonds et tentative de chantage". Trois juges d'instruction sont désignés. Eric Laurent et Catherine Graciet ont été interpellés jeudi, à l'issue d'un rendez-vous parisien avec un représentant du roi du Maroc, sous surveillance policière. De l'argent aurait alors été remis à ce moment-là. Selon l'avocat, les deux journalistes sont sortis du dernier rendez-vous parisien, jeudi, toujours sous surveillance policière, avec"un acompte substantiel de 40.000 euros chacun".

Deux journalistes très critiques vis-à-vis de la monarchie marocaine

Au Maroc, l'affaire fait grand bruit. Les deux journalistes s'y sont fait connaître en 2012 avec la publication d'un ouvrage cinglant sur le roi du Maroc baptisé "Le roi prédateur" .

Impossible pour le moment de connaître leur version des faits des deux mis en cause, dont la garde à vue pourrait être prolongée jusqu'à samedi. Les éditions du Seuil confirment simplement que les deux journalistes préparaient bien un nouveau livre sur Mohammed VI pour début 2016.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.