C'est un nouveau rebondissement dans la guerre que se mènent les services anti-drogue. Deux magistrates ont été placées en garde à vue mardi par l'IGPN, à Paris, pour avoir organisé la garde à vue fictive d'un informateur, afin de l'infiltrer dans une opération de surveillance de trafic de drogue.

Véronique Degermann, actuelle procureure adjointe au parquet de Paris, est entendue par l'IGPN pour avoir co-organisé la garde à vue fictive d'un informateur.
Véronique Degermann, actuelle procureure adjointe au parquet de Paris, est entendue par l'IGPN pour avoir co-organisé la garde à vue fictive d'un informateur. © AFP / Thomas COEX

Deux magistrates ont été placées simultanément en garde à vue mardi matin. Elles sont mises en cause pour une affaire de "garde à vue fictive" dans le cadre d’une opération très contestée d’infiltration anti-drogue. L’une des deux magistrates est ressortie mardi soir de sa garde à vue. La seconde n’est autre que l’une des procureures adjointe de François Molins, au parquet de Paris.

C'est un rebondissement judiciaire spectaculaire, lié à la chute de l’ancien patron de l’Office Central de lutte contre les trafics de stupéfiants (OCTRIS) le commissaire François Thiery, lui-même placé de nouveau en garde à vue depuis lundi à la demande de juges lyonnais.

Le 20 mars 2017, l’ex-patron des stups avait été placé en garde à vue pour la gestion de son principal informateur, le trafiquant de drogue Sofiane Hambli, dont l’une des cargaisons de 7 tonnes de cannabis avait été interceptée par les douaniers boulevard Exelmans à Paris. Le commissaire affirme que cette drogue était l’objet de surveillance policière, que les douaniers ont sciemment court-circuitée. Le tout sur fond de guerre des services anti drogue.

Une fausse garde à vue pour le tonton-trafiquant infiltré

Pour sa défense, le commissaire raconte, sur le procès verbal que France Inter a pu consulter à l'époque, à quel point son informateur était connu de très haut magistrats et à quel point tout le monde s’est mouillé, pour réussir des opérations d’infiltration jamais réalisées en France. 

Des opérations parmi lesquelles une garde à vue fictive de ce "tonton", en 2012. L'informateur est alors extrait de prison en Lorraine pour collaborer sur une livraison surveillée, dans le but de faire tomber des réseaux de drogue entre l’Algérie, le Maroc et la France. Le tout  moyennant une réduction de sa peine d'emprisonnement initiale de 14 ans. 

Un juge de Nancy accepte à l’époque de jouer le jeu et deux magistrates à Paris sont à la manœuvre, dont principalement Véronique Degermann, actuellement procureure adjointe au parquet de Paris. Et c’est pour cette incroyable affaire de garde à vue fantôme que la magistrate est entendue depuis mardi matin dans les locaux de l’IGPN, la police des polices, à Paris.

Mise à jour à 19h00

Véronique Degermann est ressortie ce mercredi soir de sa garde à vue avant le délai légal et sans être mise en examen à ce stade.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.