Dieudonné
Dieudonné © Reuters/Jacky Naegelen

Le polémiste a été interpellé à 7h ce mercredi matin à son domicile en Eure-et-Loir et placé en garde à vue pour "apologie du terrorisme"

L'humoriste est entendu pour une déclaration sur Facebook, dimanche, où il dit se sentir " Charlie Coulibaly" , en référence à Amedy Coulibaly, qui a tué une policière à Montrouge et quatre personnes dans l'Hyper casher de Paris. Déclaration ensuite été supprimée.

Sur sa page Facebook, l'équipe du polémiste a publié quelques photos de la police judiciaire parisienne venant le chercher à son domicile.

David de Stefano, l'un des avocats de Dieudonné, a jugé l'interpellation "proprement scandaleuse"

Nous sommes dans le pays de la liberté d'expression? Ce matin, le gouvernement vient d'en fournir la démonstration.

Associer bourreau et victimes, dans le cadre des attenatts de al semaine dernière, constitue bien selon le Ministère public, une apologie du terrorisme

Les explications de Sara Ghibaudo

Dieudonné a déjà été condamné pour des propos antisémites

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour le même délit d'apologie du terrorisme début septembre après la diffusion d'une vidéo où le polémiste ironise sur la décapitation du journaliste américain James Foley par l'organisation État islamique. Dans une autre vidéo en 2010, il a appelé à la libération de Youssouf Fofana, condamné pour le meurtre d'Ilan Halimi, jeune Juif séquestré, torturé et tué en 2006. Poursuivi pour cette vidéo, il a été relaxé début février mais doit comparaître en appel jeudi sur le volet civil de ce dossier.

Celui qui fut un homoriste, a également a été mis en examen en juillet par le juge financier Renaud van Ruymbeke pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et abus de biens sociaux.

Lors de son discours mardi, à l'Assemblée Nationale, lors de l'hommage aux 17 victimes du terrorisme, Manuel Valls a fait référence à Dieudonné, sans le citer nommement. Le Premier ministre a réfuté tout parallèle entre les journalistes de Charlie Hebdo et "un prédicateur de la haine" dont les spectacles sont "un affront" aux valeurs de la République.

Plus de 50 procédures similaires en France

Des procédures pour apologie du terrorisme ont été ouvertes un peu partout dans le pays depuis l'attentat visant Charlie Hebdo. Pour l'instant, seules cinq condamnations ont été prononcées, jusqu'à quatre ans de prison pour un homme condamné pour avoir causé un accident de voiture et fait l'apologie des frères Kouachi (une simple circonstance aggravante, dans ce cas).

Selon Le Monde, parmi les 54 procédures recencées, on trouve des mineurs, des hommes alcoolisés, des chrétiens et des musulmans, sans véritable tendance de fond.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.