Celle qu’on voit arriver à la barre est une femme tout de noir vêtue. Pas très grande, une petite voix fluette. 58 ans, femme de chambre. Déjà entendue douze fois dans le dossier, mais vraisemblablement peu à l’aise dans l’exercice. Au point que le président prend avec elle mille précautions. On est bien loin du ton inquisiteur employé avec François-Marie Banier. « Je vous laisse prendre la parole, même si ça peut être impressionnant pour vous d’être dans cette salle ».

Le début n’est que banalités. Horaires de travail : « j’arrivais à 9 heures, jusqu’à 21 ou 22 heures ». Tâches : « le matin, j’allais voir madame, je regardais son livre de rendez-vous et en fonction, je lui préparais des ensembles. Je la coiffais, je l’aidais à se maquiller. »

Et François-Marie Banier ? « Il venait voir madame dans la chambre. »

Un soir de décembre, « j’ai entendu la phrase de monsieur Banier sur l’adoption. Je ne savais même pas ce que ça voulait dire « adoption simple ». Alors, elle interroge la secrétaire. « Elle ne savait pas non plus. On est allées demander à Claire Thibout, vu qu’elle avait fait un peu de droit. »

S’ensuivra une attestation, donnée aux avocats de Françoise Bettencourt-Meyers. Puis reformulée sur demande de ceux-ci : « j’avais pas mis que je travaillais chez les Bettencourt depuis 17 ans », explique la femme de chambre aux avocats de la défense qui la titillent. « Il fallait aussi que j’indique l’état de santé de madame ».

Car à partir de 2006, précise Dominique, « on a tous vu madame Bettencourt vraiment pas bien. Tout le monde a vu. Ils auraient tous du dire la vérité, on n’en serait pas là. » Mais c’était sans compter sur les clans, les inimitiés, les bisbilles qui éclatent au sein du personnel de maison. Il y a l’autre femme de chambre, avec laquelle Dominique Gaspard ne s’entend pas : « elle a finalement été renvoyée avant moi ». Le chef de cuisine, aussi : « il sortait avec la femme de chambre ». Rires dans la salle.

Chez les Bettencourt, il faut aussi compter avec le personnel de maison.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.