Affaire du Carlton: DSK à la barreDominique Strauss-Kahn est attendu lundi après-midi au tribunal correctionnel de Lille pour répondre, avec treize autres prévenus, d'accusations de proxénétisme.

A la barre, l'ancien ministre socialiste retrouvera ses amis du Nord, mais aussi Dominique Alderweireld alias Dodo la Saumure, propriétaire de bars dédiés à la prostitution en Belgique. Le parquet devrait toutefois demander la relaxe pour DSK. Cette semaine le tribunal examinera d'abord le cas de René Kojfer, l'ancien responsable des relations publiques de l'hôtel Carlton, point de départ de l'enquête.

Quand la PJ de Lille décide, sur la base d'un renseignement anonyme, de le placer sur écoute, elle n'est pas déçue: Kojfer s'épanche avec ses amis des prostituées qu'il leur conseille ou qu'il peut fournir avec une chambre d'hôtel. Il en parle sans crainte d'autant qu'il connait certains policiers bien placés. A la barre se présentera ensuite son vieil ami Dominique Alderweireld, alias Dodo la Saumure, le seul maquereau qui se revendique (presque) comme tel. Installé de l'autre côté de la frontière belge, lui se croit à l'abri, mais la justice française va saisir l'occasion de l'épingler, quand sa compagne Béatrice Legrain et une de ses "filles" participent à l'une des virées parisiennes organisées pour DSK.

Parmi les prévenus figurent aussi deux anciens cadres d'Eiffage: David Roquet, qui a fait prendre en charge des voyages par son employeur, et son supérieur hiérarchique Jean-Luc Vergin, ancien directeur régional, qui n'est pas poursuivi pour proxénétisme mais pour escroquerie au préjudice du groupe de travaux publics.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.