L'immeuble de la rue du Corbillon à Saint-Denis après l'assaut du Raid
L'immeuble de la rue du Corbillon à Saint-Denis après l'assaut du Raid © MaxPPP

Trois mois après les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts au Bataclan, sur des terrasses de café et au Stade de France, France Inter revient avec vous toute cette semaine sur les éléments de l'enquête jusqu'ici ignorés. Une enquête menée par six juges antiterroristes parisiens.

Aujourd'hui, retour sur le repérage d'Adbelhamid Abaaoud avec cette question : l'assaut du Raid à Saint-Denis aurait-il pu être évité ?

Dès 22h, ce 16 novembre, les enquêteurs partent repérages à Aubervilliers. A moins de deux klomètres du stade de France, ils dénichent une zone végétalisée et aperçoivent un abri de fortune avec une bâche bleue. C'est exactement ce qu'a décrit le témoin providentiel. Dans la foulée un système autonome de vidéo surveillance est installé devant le buisson conspiratif. En parallèle la cousine d'Abbaoud est mise sur écoute. Heureusement.

Malgré de longues heures de planques, Hasna Ait Boulhacen échappe à la surveillance des policiers. C'est son téléphone portable qui permet de la retrouver. Le 17, à 20h10, la jeune femme est enfin localisée à Aubervilliers. Quatre minutes plus tard elle repart à pied avec deux hommes dont Abaaoud. Ils vont prendre un peu loin un taxi Uber, direction la planque de Saint-Denis. Rien n'explique pourquoi ils ne sont pas interpellés à ce moment-là. Le dispositif policier est redéployé à 21h avec une première équipe d'intervention sur Saint Denis. Un dernier repérage confirme les dires du témoin quelques heures plus tôt.

L’adresse, l'étage et le code de l'immeuble correspondent. Ce sont d'ailleurs les seules informations dont dispose le Raid quand il entre rue du Corbillon à 4 heures du matin.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les terroristes du 13 novembre et leurs complices

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.