C'est la plus grosse saisie de drogue de synthèse depuis 2003 à Paris. Près de 30 000 cachets d’ecstasy (soit 8,5 kg) ont été interceptés mi-juin, deux hommes ont été arrêtés.

Plus de huit kilos de drogue saisis
Plus de huit kilos de drogue saisis © Radio France / Emmanuel Leclère

C'est un double succès pour la Brigade des stups du 36 quai des Orfèvres. En plus de ce coup de filet sur leur marchandise, ils ont réussi à interpeller deux chefs présumés d’un réseau qui revendait leur drogue devant ou dans plusieurs discothèques parisiennes.

Des pilules bleu flashy, violettes ou jaunes, avec des petites incrustations... On y voit des figurines imprimées, comme sur des pièces de monnaies, avec des héros de jeux vidéo ou de séries policières, des logos de boissons énergisantes... Il aura fallu quatre mois aux enquêteurs pour mettre fin à ce trafic qui alimentait la clientèle de plusieurs grandes discothèques parisiennes.

Anti-"go-fast"

Deux grossistes déjà connus pour des affaires de stups dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis se chargeaient des allers retours vers Amsterdam avec un utilitaire et une voiture "ouvreuse". Pas de "go-fast" ici, les véhicules respectaient strictement les limitations de vitesse et passaient par les routes nationales. Les policiers appellent cela des "slow-fast".

Les deux dealers se sont fait coincer en flagrant délit en arrivant sur la capitale. L’enquête devrait maintenant remonter les différentes équipes de revendeurs. Certains achetaient jusqu’à 3 000 cachets d’ecstasy revendu 10 euros pièce. Les enquêteurs essayent de savoir depuis combien de temps durait ce trafic très bien établi et structuré.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.