Les avocats de François Fillon ont demandé jeudi au parquet financier de se dessaisir de l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs. Une requête rejetée.

Devant les révélations sur les emplois de sa femme et de ses enfants, François Fillon a dénoncé une "attaque impitoyable" du "tribunal médiatique"
Devant les révélations sur les emplois de sa femme et de ses enfants, François Fillon a dénoncé une "attaque impitoyable" du "tribunal médiatique" © AFP / ERIC FEFERBERG

La demande des avocats du candidat de la droite à l'élection présidentielle est vaine. D'après notre journaliste du service justice-enquête Sara Ghibaudo, le parquet financier, appelé jeudi soir à se dessaisir de l'enquête, ouverte après des soupçons d'emplois fictifs concernant la femme et les enfants de François Fillon, n'en fera rien.

Lors d'un point presse à son cabinet, les avocats de François et Penelope Fillon, Me Antonin Lévy et Pierre Cornu-Gentille, ont affirmé avoir "demandé au parquet national financier de se dessaisir de l'enquête préliminaire en cours".

► ECOUTER | Les explications de Sara Ghibaudo

Les compétences du parquet national financier mises en cause

Me Lévy a réaffirmé que le parquet national financier (PNF) n'était pas compétent pour se saisir des faits qui pourraient être reprochés à l'ancien Premier ministre, une thèse défendue depuis plusieurs jours par les avocats. Dans le cadre d'une enquête préliminaire, les avocats n'ont pas de voie de recours pendant les investigations, contrairement à une information judiciaire menée par un ou des juges d'instruction. Ils pourraient cependant contester la compétence du parquet financier lors d'un éventuel procès.

►LIRE AUSSI | François Fillon jette le discrédit sur le parquet national financier

Le parquet national financier s'était saisi de l'enquête, ouverte pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux, dès la parution du premier article du Canard enchaîné, le 25 janvier, révélant que Mme Fillon avait occupé pendant des années un poste d'assistante parlementaire auprès de son mari quand il était député, puis de son suppléant quand il a pris sa place à l'Assemblée.

► ALLER PLUS LOIN | Les curieux calculs d'indemnités de Penelope Fillon

François et Penelope Fillon ont été entendus tous deux jeudi pendant plusieurs heures par les policiers dans les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption à Nanterre (Oclciff), a indiqué une source proche du dossier.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.