On vous a promis un live … et voilà qu’on a failli à notre promesse. Pas un mot sur l’audition d’Eric Woerth hier. Rien.

Il faut dire que le témoignage retentissant de l’ancienne secrétaire de Patrice de Maistre – témoignage dont il est toujours difficile ce matin d’évaluer la sincérité, la véracité et l’impact sur le dossier – nous a un peu fait l’effet du soufflé. Après, ça retombe.

Alors quand l’ancien ministre du Budget - celui à qui l’affaire a pourtant coûté un poste au gouvernement et une longue traversée du désert -, s’est avancé à la barre, la salle s’était vidée.

Pas complètement, on vous rassure. Nous étions là. Nous avons suivi les 23 minutes de questions-réponses avec l’homme politique, quand l’audition de Patrice de Maistre avait, elle, duré cinq heures.

Alors on a entendu l’enfance dans l’Oise, le lycée de Creil, Science Po, HEC. On a entendu son mariage avec Florence – qui a été employée par Patrice de Maistre pour le compte de la famille Bettencourt – leurs deux fils.

Et puis, le tribunal a eu la confirmation de « quelques dîners » : chez Patrice de Maistre après lui avoir remis sa légion d’honneur, à Bercy en compagnie de ce dernier – « j’organisais assez régulièrement des dîners avec des personnalités du monde économique », raconte l’ancien ministre.

Il y a aussi eu cette soirée avec madame Bettencourt : « Patrice de Maistre souhaitait que ma femme la rencontre car elle travaillait depuis peu dans le « family office » ».

Et puis voilà.

Il y a bien eu encore quelques questions sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. C’est quand même pour cela qu’il est là, Eric Woerth. Soupçonné d’avoir profité de l’état de faiblesse de la milliardaire pour récupérer de l’argent en liquide alors qu’il était trésorier de campagne du candidat UMP. Et l’actuel maire de Chantilly d’expliquer : le Premier cercle, celui des donateurs les plus importants dont faisait partie Patrice de Maistre, les frais de campagne etc.

Et puis plus rien. Pas de questions des avocats des deux parties. Pas d’intervention du parquet. « Le tribunal vous remercie », conclut le président. 23 minutes d’audition. Et nous, on l’avait presque oublié.

► ► ► DOSSIER |Suivez l'audience en direct, comprenez les enjeux du procès

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.