"Ahmed", le ravisseur présumé du petit Rifki, 4 ans, enlevé samedi à Rennes et retrouvé dimanche en Gironde, a été déféré ce mardi au parquet de Rennes. Il a été présenté à un juge d'instruction qui a demandé l'ouverture d'une information judiciaire pour enlèvement, séquestration et agression sexuelle.

Poursuivi pour des faits d'agression sexuelle au préjudice d'un mineur de quinze ans, le ravisseur présumé du petit Rifki, un homme de 25 ans, a été placé en détention provisoire. Il a été entendu par le juge d’instruction cet après-midi. Une information judiciaire pour enlèvement, séquestration et agression sexuelle a été ouverte.

Il devra répondre de ces faits en janvier prochain devant le tribunal correctionnel de Rennes. L’homme risque jusqu’à 30 ans de prison pour ces trois chefs d’accusation.

Le suspect a avoué "un geste sexuel"

Lors de son audition devant les policiers, le ravisseur présumé à avoué "un geste accidentel, qui peut être assimilé à un geste sexuel", a indiqué son avocate Emmanuelle Kahn-Renault, selon plusieurs médias. La scène se serait produit quelques jours avant son enlèvement.

Emmanuelle Kahn-Renault, avocate d'"Ahmed A.", aux micros de Justine Sauvage

« C’est quelqu’un de complètement déraciné, déboussolé et perturbé

Le petit Rifki a, lui, été entendu lundi par les enquêteurs en présence d'un psychologue. Le petit garçon n’a évoqué "aucune violence de quelque nature qui aurait pu être commise par le mis en cause qu'il appelle familièrement Tonton Ahmed", avait indiqué le parquet lundi.

Le jeune garçon avait disparu dans l'après-midi de samedi alors qu'il était parti "acheter des boissons" avec un homme de 25 ans, un certain "Ahmed", que sa mère et son oncle ne connaissaient que depuis quelques jours.Après avoir tenté en vain, pendant plusieurs heures, de les retrouver par eux-mêmes, la famille avait signalé sa disparition samedi soir au commissariat de Rennes.

Le dispositif "alerte enlèvement" efficace à 100% depuis son adoption

L'alerte enlèvement pour Rifki a été lancé dimanche matin à 7h00. Il s'agissait de la 16ème selon un décompte du ministère de l'Intérieur, depuis l'adoption en France en 2006 du dispositif, jusqu'ici efficace à 100%. Rifki a été retrouvé dans un TGV à Libourne (Gironde) dimanche à 14h26 en compagnie de son kidnappeur qui a été interpellé, grâce à une voyageuse du train prévenue par l'alerte enlèvement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.