Le siège de L'Oréal à Clichy.
Le siège de L'Oréal à Clichy. © IP3PRESS/MaxPPP

L'Autorité de la concurrence a infligé ce jeudi pour 951,1 millions d'euros d'amende au total à plusieurs fabricants de produits d'hygiène et d'entretien pour avoir coordonné leur politique commerciale auprès de la grande distribution et s'être concertés sur les hausses de prix entre 2003 et 2006.Unilever et L'Oréal vont faire appel.

Ces deux ententes, l'une sur le marché des produits d'hygiène, l'autre sur celui des produits d'entretien, sont sanctionnées par des amendes de 605,9 millions d'euros et 345,2 millions d'euros respectivement, et sont parmi les plus importantes prononcées à ce jour par l'Autorité de la concurrence.

Dans un communiqué, l'Autorité précise que les entreprises qui ont participé à ces ententes sont Colgate-Palmolive, Henkel, Unilever , Procter & Gamble, Reckitt Benckiser, Sara Lee, Laboratoires Vendôme, Gillette, L'Oréal, Beiersdorf, Vania, SC Johnson et Bolton Solitaire.

L'Oréal écope de la sanction la plus lourde

Ces entreprises sont condamnées pour avoir coordonné "leurs politiques commerciales auprès de la grande distribution et en particulier pour s'être concertées sur les hausses de prix".

► ► ► CONSULTEZ | Le texte intégral de la décision de l'Autorité de la concurrence

La plupart des entreprises ne contestent pas les faits qui leur sont reprochés, deux d'entre elles (SC Johnson et Colgate-Palmolive) ayant même été à l'origine de la découverte de l'affaire, et ayant de ce fait bénéficié d'une exonération totale ou partielle d'amende. L'Oréal, qui écope de la sanction la plus lourde (près de 190 millions d'euros), fait savoir qu'il "conteste toute entente anticoncurrentielle" et qu'il fera appel de cette décision, tout comme le groupe Unilever.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.