Le juge anti-terroriste voulait vérifier si cet ancien de la DST (direction de la surveillance du terriroire) avait eu des informations sur l'attentat de Karachi, qui a fait 15 morts dont 11 salariés français des constructions navales le 8 mai 2002. Eric Bellemin-Comte est depuis 2011 conseiller auprès du coordonnateur national du renseignement à l'Elysée. Pendant son auditon, il se serait retranché derrière le secret défense.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.