Eric Drouet, figure du mouvement des 'gilets jaunes', a été interpellé mercredi soir à Paris pour organisation d'une manifestation "non autorisée". Il était déjà placé sous contrôle judiciaire depuis le 22 décembre dernier.

  Eric Drouet, figure médiatique et controversée des "gilets jaunes", a été interpellé mercredi soir près des Champs-Elysées à Paris et placé en garde à vue pour organisation d'une manifestation sans déclaration préalable.
Eric Drouet, figure médiatique et controversée des "gilets jaunes", a été interpellé mercredi soir près des Champs-Elysées à Paris et placé en garde à vue pour organisation d'une manifestation sans déclaration préalable. © Maxppp / CHRISTOPHE PETIT TESSON

L'une des figures des "gilets jaunes", Eric Drouet, a été arrêté ce mercredi soir, vers 21h à Paris, rue Royale, à deux pas de la place de la Concorde, pas très loin de l'Elysée. Ce chauffeur routier a été interpellé pour "organisation d'une manifestation non autorisée", motif puni par une peine pouvant aller jusqu'à 6 mois d'emprisonnement et 7 500 € d'amende. D'autres personnes ont été interpellées pour "vérification d'identité". 

L'homme de 33 ans était venu vers 20h, avec une cinquantaine de personnes, déposer des bougies place de la Concorde, en hommage aux blessés du mouvement des "gilets jaunes".  Il avait appelé à manifester un peu plus tôt dans la journée, sur Facebook.

1 min

Eric Drouet exfiltré manu militari, dans la plus grande confusion : le reportage de Benjamin Mathieu lors de la manifestation des "gilets jaunes" rue Royale, ce mercredi à Paris

Par Benjamin Mathieu

Eric Drouet est déjà placé sous contrôle judiciaire après son interpellation samedi 22 décembre en possession d'une matraque. Il sera jugé devant le tribunal correctionnel le 5 juin prochain.

Leader controversé

L'arrestation a évidemment provoqué plusieurs réactions, dont celle du président du Mouvement citoyens des "gilets jaunes", Kamel Amriou :  "La démarche de stigmatiser Eric Drouet me semble disproportionnée. Ce n'est pas un très bon message à envoyer au reste de la population et de la grande majorité de Français qui soutiennent nos actions". 

Pour lui, cette arrestation démontre "qu'on se focalise, qu'on est dans une note répressive et c'est dommageable pour notre démocratie". 

Je ne crois pas qu'on va faire taire les gens. Bien au contraire. Cela risque de produire l'effet inverse

A l'extrême-droite, c'est Florian Philippot, le président des Patriotes, a réagi : "J'ai le sentiment que le régime Macron devient de plus en plus autoritaire" sur l'antenne de FranceInfo. Florian Philippot s'est dit "très choqué" par cette arrestation. "On a le sentiment que, en France, sous le régime Macron, il est préférable de se balader illégalement avec deux passeports diplomatiques plutôt que de manifester pour ses droits sociaux et ses droits démocratiques".

Le chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, avait exprimé en début de semaine sa "fascination" pour Eric Drouet, représentant médiatique controversé des "gilets jaunes".  

"Merci monsieur Drouet" : c'est sous ce titre de note de blog que Jean-Luc Mélenchon a fait ses dernières déclarations publiques de 2018. Il se félicite de la "sage et totale détermination" d'Eric Drouet: "La France est pleine de ces personnages qui marquent son histoire comme autant de cailloux blancs. C'est pourquoi je regarde Éric Drouet avec tant de fascination", écrit-il.  Et le patron des députés de La France insoumise de dresser avec amusement un long parallèle avec un homonyme, le révolutionnaire Jean-Baptiste Drouet, partisan de Robespierre qui contribua à faire arrêter Louis XVI.  

Le billet a été commenté dans les réseaux sociaux. Mercredi, Benoît Hamon a ironisé, se disant "pas fasciné par quelqu'un qui, semble-t-il, assume d'avoir voté aux deux tours pour Marine Le Pen".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.