C’est aujourd’hui la dernière occasion pour les prévenus de tenter de convaincre le tribunal. Ou disons peut-être, les principaux suspects, ceux contre qui les charges sont les plus lourdes – François-Marie Banier, Patrice de Maistre, Pascal Wilhelm.

Ceux qui sont là aussi. Car l’audience compte deux grands absents : Carlos Cassina Vejarano, ancien gestionnaire de l’île d’Arros et Alain Thurin, ancien infirmier de Liliane Bettencourt.

Le premier est très malade, selon son avocate. Le second est toujours plongé dans le coma après une tentative de suicide par pendaison, à la veille de l’ouverture du procès.

Mais l’un sera jugé, l’autre pas. Car si Carlos Cassina Vejarano n’a pu se rendre à l’audience, son avocate si. Et elle sera invitée à plaider à l’instar de ses nombreux confrères de la défense, la semaine prochaine.

Alain Thurin, en revanche, avait fait le choix de se défendre seul d’avoir accepté d’être légataire de 10 millions d’euros de Liliane Bettencourt. Personne ne peut donc le représenter en son absence. Sauf surprise, le tribunal devrait donc choisir de le disjoindre du dossier. Entendez par là, le juger ultérieurement, si possibilité il y a un jour. Et si l’on en croit les sous-entendus du président du tribunal hier, les faits de complicité d’abus de faiblesse dont sont soupçonnés l’avocat Pascal Wilhelm et le notaire Patrice Bonduelle dans l’élaboration de ce testament, devraient eux aussi être renvoyés à une audience ultérieure.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.