Fanzone Champ de Mars
Fanzone Champ de Mars © MaxPPP / NOTIMEX

3 000 policiers et militaires supplémentaires, des forces de l'ordre déployées dans tous les lieux sensibles, et pas uniquement aux abords des stades et des fanzones : "Nous sommes autant préparés que nous devons l'être" dit le Préfet de Police de Paris.

L'annonce des services secrets ukrainiens, qui affirment ce lundi avoir déjoué un projet d'attentat en France, vient renforcer l'inquiétude qui pèse sur l'organisation de l'événement, notamment à Paris.

L'homme arrêté par les forces de l'ordre ukrainiennes, un Français de 25 ans originaire de la Meuse, envisageait d'attaquer, pendant et après l'Euro de football, une mosquée, une synagogue et des centres d'impôts. De quoi alimenter les craintes du Préfet de police de Paris, Michel Cadot, qui a obtenu in extremis des renforts de police supplémentaires :3 000 policiers et militaires vont venir s'ajouter aux 10 000 policiers parisiens mobilisés à l'occasion de l'Euro.

Des renforts alloués par le ministère de l'Intérieur, après un courrier de Michel Cadot à Bernard Cazeneuve, dans lequel il s'inquiétait de "l'état d'épuisement avancé" de ses troupes.

Sécurisation de tous les "lieux-cibles"

Mais même en effectif renforcé, les forces de l'ordre auront fort à faire.

Elles seront évidemment déployées aux abords des lieux emblématiques de la compétition : les deux stades franciliens qui vont accueillir des matches la compétition, le Stade de France et le Parc des Princes, les hôtels des joueurs et des officiels de l'UEFA, et les fanzones de Saint-Denis et de Paris (celle-ci pourra accueillir plus de 90 000 personnes).

Mais elles devront également assurer une sécurité accrue dans tous les lieux qui pourraient être des cibles pour les terroristes : centres commerciaux, monuments, transports, ou encore centres d'examen. Là aussi, le Préfet de Police de Paris, Michel Cadot, se veut rassurant.

Compte tenu du conflit en Syrie et en Irak, compte tenu de la position de la France, compte tenu de l'existence d'un certain nombre d'équipes qui peuvent se trouver dans telle ou telle partie de l'Europe, ce risque est élevé bien entendu, avec des frappes qui peuvent concerner notre pays partout , pas seulement dans les stades et les fanzones, je le redis. Nous sommes autant préparés que nous devons l'être face à ce défi.

De fait, il n'y a pas qu'à Paris que le dispositif a été renforcé, il est identique dans le reste du pays : policiers et gendarmes aux abords des stades et des fans zones et agents de sécurité privés à l'intérieur.

Au total, 90 000 personnes sont mobilisées pour assurer la sécurité de l'Euro dans toute la France, comme l'a rappelé François Hollande dimanche soir sur France Inter.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.