Les juges d'instruction en charge de l'enquête sur de possibles achats de vote à Corbeil-Essonnes demandent à nouveau au Sénat de lever l'immunité parlementaire de Serge Dassault. Cette demande a été transmise au parquet de Paris. Depuis le précédent refus du bureau du Sénat, le 8 janvier, de nouveaux éléments sont apparus, notamment lors des interrogatoires en garde à vue du maire actuel, Jean-Pierre Bechter, et de l'adjointe Cristela de Oliveira, tous les deux mis en examen le 17 janvier.
Le 12 janvier, Serge Dassault affirmait dans le Figaro se tenir "à la disposition immédiate de la justice". Sans levée d'immunité parlementaire, les juges d'instruction du pôle financier de Paris peuvent le convoquer et le mettre en examen, mais l'élu UMP de 88 ans ne peut être placé en garde à vue. Les juges souhaitent sans doute l'entendre sous ce régime, pour ne pas dévoiler à l'avance tous les éléments dont ils disposent, et pour pouvoir confronter Serge Dassault pendant sa garde à vue avec d'autres acteurs du dossier.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.