Egalement occupé dans un autre procès en cour, Eric Dupond-Moretti avait déserté l’audience. Le voilà de retour aujourd’hui. Car l’un des avocats de Daniel Legrand entend rencontrer celle qui le « pourrit d’insultes depuis cinq ou six ans ».

Alors il a sorti les articles que Laurence Gratton publie régulièrement sur Internet au sujet de l’affaire Outreau. « Vous écrivez que « Legrand pourrait être éliminé parce qu’un accident est si vite arrivé, une overdose d’héroïne est envisageable »

A la barre, Laurence Gratton rétorque : « j’ai aussi de la compassion pour Daniel Legrand ».

  • Qu’est-ce que vous avez comme connaissance vous permettant d’écrire que Daniel Legrand est un agresseur mais aussi « un mineur victime de prostitution » ?

  • Si quelqu’un de 16 ans est embarqué dans des viols en réunion, il est avant tout victime.

Mais Me Eric Dupond-Moretti n’en a pas fini. Il tend une affichette, Laurence Gratton l’a caricaturé dans un photomontage. « Il m’arrive d’envoyer des choses à mes amis. »

  • A vos amis? C’est sur la toile ! Il y a des années qu'on subit ça toutes les semaines. Et puis mes camarades, ils en prennent aussi. On est chez les dingos!

Face à celle qui refuse de répondre de ses écrits sur Internet – sous le pseudo de @caprouille –il tonne : « selon vous Madame, je préfère les blondes et c’est la raison pour laquelle j’ai donné l’intégralité de ce dossier à Florence Aubenas. Qu’est-ce qui vous autorise à écrire ces conneries ? »

  • Si Me Dupond-Moretti se sentait lésé, il pouvait m’attenter un procès et on se serait vu dans le cadre d’une affaire de presse.

Et celle qui a hébergé les trois enfants Delay de conclure :

« J’ai cette intime conviction d’être participante à la manifestation de la liberté. »

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.