Jean Léonetti à la barre par Matthieu Boucheron
Jean Léonetti à la barre par Matthieu Boucheron © Esba TALM - Angers

L’un est jugé dans le cadre d’une loi. L’autre, l’auteur de cette loi. Tous deux sont médecins de formation. Depuis, l’un a été radié, l’autre est député.

Ensemble, ils ont dialogué devant la cour d’Assises. Presque un moment suspendu après la longue et riche intervention de Jean Leonetti sur sa loi, son esprit et son évolution. Puis Nicolas Bonnemaison est invité à s’exprimer : “si vous avez des questions à poser au témoin …”. “Pas de questions, mais des choses que je voudrais lui dire”, corrige Nicolas Bonnemaison.

Comme à son habitude, l’accusé boit une longue gorgée d’eau. Puis se lance :

“Depuis le procès de Pau, je vous ai entendu dans les médias, parler de moi et de ce que je faisais. Je me disais, le jour où je serai devant monsieur Leonetti, j’aurais beaucoup de choses à lui dire. C’est là maintenant, et je m’aperçois que ce n’est pas facile.”

Instant d'audience par Mathilde Beaufils
Instant d'audience par Mathilde Beaufils © Esba TALM - Angers

Nouvelle gorgée d’eau. Jean Leonetti s’est tourné. Les deux hommes se font face.

Nicolas Bonnemaison poursuit : “j’aimerais que vous soyez sûr que jamais je n’ai eu pour intention de provoquer la mort de ces patients. Mes torts je les reconnais : celui d’avoir pris la décision de sédation sans en parler à la famille, sans en parler à l’équipe et sans l’avoir noté dans le dossier. Je reconnais qu’il y a des choses tout à fait discutables dans ce que j’ai fait.”

Alors Jean Léonetti se veut apaisant. Face aux jurés cette fois, il lâche :”je veux dire au docteur Bonnemaison que je ne suis pas la pour le juger : ni sur le plan moral, ni sur le plan d’un confrère, ni sur celui d’un confrère.”

Puis il conclut, à quelques minutes de la suspension d’audience : “j’ai plutôt de la sympathie pour lui. Pour moi, il n’est pas un assassin.”

► ► ► ALLER PLUS LOIN| L'affaire Bonnemaison : dossier complet et procès en live

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.