« Faites entrer l’accusé ». Nous ne sommes pas au générique d’une célèbre émission de télévision , mais sans la salle d’assises du palais de justice de Metz.

Le président et ses assesseurs, les avocats généraux et la flopée d’avocats de la défense et des parties civiles sont là. Public et journalistes viennent, eux aussi, remplir la salle désormais comble.

Et tous ont le regard tourné vers le voyant lumineux qui vient de s’allumer. L’ascenseur qui relie directement le dépôt situé en sous-sol à la salle d’assises s’est mis en marche. Silence de plomb. Puis, la porte s’ouvre.

Visage impassible, cheveux blancs, paraissant bien plus que ses 55 ans, Francis Heaulme arrive menotté.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.